NOUVELLES

Mondial-2014 au Brésil: une troupe de choc de 10.000 hommes en réserve

03/01/2014 01:34 EST | Actualisé 05/03/2014 05:12 EST

Une troupe de choc de 10.000 hommes sera opérationnelle pour le Mondial-2014 au Brésil, prête à intervenir pour prévenir des manifestations violentes dans les 12 villes hôtes, a indiqué vendredi le ministère de la Justice à l'AFP.

Ces policiers appartenant à la Force nationale créée en 2007 par l'ancien président Lula, ont reçu des formations anti-émeutes complémentaires après les manifestations souvent violentes qui ont ébranlé le pays en juin 2013, en pleine Coupe des Confédérations de football.

Composée d'éléments volontaires de la police militaire, de la police civile, de pompiers et d'experts, cette troupe de choc "n'est pas une force ordinaire", a souligné le chef de cette unité au site d'information G1, le colonel Alexandre Augusto Aragon.

"Nous sommes appelés pour des situations de crise, seulement pour des missions spécifiques. Pour la Coupe du monde, nous avons formé 10.000 hommes à des actions de choc et nous sommes prêts à agir dans les 12 villes hôtes en même temps", a expliqué cet officier.

La Force nationale s'était déjà déployée aux abords de certains stades pendant la Coupe des Confédérations. Des centaines de milliers de manifestants avaient protesté dans tout le pays, souvent près des stades, contre la précarité des services publics, la corruption, les violences policières et la facture publique très élevée du Mondial.

Quelque 600.000 fans étrangers sont attendus au Brésil pendant la Mondial, au cours duquel environ 3 millions de Brésiliens devraient se déplacer à travers le pays.

Au total, un dispositif de sécurité de plus de 100.000 hommes sera mobilisé pour garantir la sécurité de l'événements.

"Depuis la (première) Coupe du Monde de 1930, les pays hôte sont confrontés à des manifestations. Il y en a eu aussi en Afrique du Sud (2010), en Allemagne (2006), en Corée du Sud et au Japon (2002). Donc nous étions déjà préoccupés par cela avant les événements de l'an passé", a confié le colonel Aragon. "Mais c'est la violences des récentes manifestations qui a fait peur. Beaucoup de policiers ont été blessés à Rio", a-t-il souligné.

Selon G1, la Force nationale sera également équipée d'un mini-robot espion destiné à être infiltré dans les rangs des manifestants les plus violents, en l'occurrence, les anarchistes de Black bloc, et à filmer leurs faits et gestes. Mais les autorités ne veulent pas fournir de détail sur le fonctionnement de cet appareil.

cw/pal/pgf

PLUS:hp