NOUVELLES

Deux navires militaires font route vers la Syrie pour escorter l'arsenal chimique

03/01/2014 07:29 EST | Actualisé 05/03/2014 05:12 EST

Des navires militaires norvégiens et danois ont quitté Chypre vendredi pour la Syrie, où ils doivent retrouver et escorter les premiers chargements d'armes chimiques syriennes destinées à être détruites en mer, a indiqué un porte-parole militaire.

L'évacuation des agents chimiques les plus dangereux de Syrie devait initialement être achevée avant le 31 janvier mais ce délai a expiré sans qu'une nouvelle date limite ne soit fixée.

"La mission norvégo-danoise chargée de transporter les agents chimiques syriens jusqu'à leur lieu de destruction ont quitté le port de Limassol (sud de Chypre) ce matin", a indiqué le porte-parole militaire norvégien, Lars Magne Hovtun.

"Les quatre bateaux ont pris la mer en direction d'une zone d'attente en eaux internationales au large de la Syrie, afin d'être tout à fait prêts à entrer dans le port de Lattaquié quand les ordres arriveront", a-t-il ajouté.

Pour escorter les armes chimiques vers l'Italie, ces deux navires seront rejoints dans les eaux syriennes par des bâtiments chinois et russes, selon des mesures mises au point la semaine dernière à Moscou.

Conformément au plan de démantèlement de l'arsenal chimique syrien approuvé par le Conseil de sécurité de l'ONU, les composants chimiques doivent être rassemblés dans le port syrien de Lattaquié puis transportés jusqu'en Italie, où ils doivent être transférés à bord d'un navire de la marine américaine spécialement équipé pour les détruire en mer.

L'évacuation des agents chimiques les plus dangereux est la première étape clé du plan de démantèlement adopté à l'initiative de Washington et Moscou, et doit être achevé d'ici mi-2014.

Des problèmes de sécurité liés à la guerre qui fait rage en Syrie, et la mauvais temps dans la région ces dernières semaines, ont entravé le transport des agents chimiques vers Lattaquié, avait expliqué la mission conjointe ONU-OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques) qui coordonne l'opération.

La bâtiment américain chargé de détruire ces armes est quand à lui toujours à quai en Virginie (est des Etats-Unis). Le MV Cape Ray, un cargo roulier de 200 mètres de long équipés de deux systèmes d'hydrolyse portables capables de "neutraliser" les agents chimiques les plus dangereux, n'attend plus que l'ordre d'appareiller selon son capitaine.

ser/sah/cnp/tp

PLUS:hp