NOUVELLES

Des manifestants islamistes affrontent la police en Égypte: au moins 11 morts

03/01/2014 11:08 EST | Actualisé 05/03/2014 05:12 EST

LE CAIRE, Égypte - La police antiémeute a affronté des partisans de l'ancien président islamiste dans plusieurs villes d'Égypte vendredi, faisant au moins 11 morts et des dizaines de blessés, tandis que les Frères musulmans ont renouvelé leurs appels aux manifestations à l'approche d'un important référendum prévu plus tard en janvier.

Les affrontements se sont multipliés dans des secteurs densément peuplés de plusieurs villes et provinces du pays, dont Le Caire, Gizeh, Ismaïlia et Alexandrie. Des dizaines de membres des Frères musulmans et leurs partisans ont lancé des pierres sur les forces de l'ordre, qui ont répliqué avec des canons à eau et des gaz lacrymogènes.

Une épaisse fumée noire s'élevait dans le ciel alors que des manifestants brûlaient des pneus et lançaient des cocktails Molotov et des feux d'artifice aux membres des forces de sécurité vêtus de noir. Un certain nombre de véhicules de la police ont été incendiés.

Le ministère de la Santé a annoncé que 11 personnes avaient été tuées, dont trois au Caire, et que 52 autres avaient été blessées. Un coalition dirigée par les Frères musulmans a pour sa part affirmé sur sa page Facebook que le bilan était de 19 morts.

Le ministère de l'Intérieur a indiqué dans un communiqué que 122 manifestants proches des Frères musulmans avaient été arrêtés en possession de grenades artisanales et de cocktails Molotov.

Ces affrontements se répètent régulièrement en Égypte depuis la destitution, le 3 juillet, du président islamiste Mohammed Morsi par les militaires, un coup d'État survenu après que des millions de manifestants anti-islamistes eurent réclamé sa démission pendant des semaines.

Le nombre de manifestants favorables aux Frères musulmans, le groupe politique le mieux organisé en Égypte, a considérablement diminué depuis que le gouvernement intérimaire soutenu par les militaires a renforcé la répression. Des centaines de personnes ont été tuées quand les autorités ont démantelé les camps de manifestants, et des milliers de membres des Frères musulmans ont été arrêtés.

Depuis, le groupe a changé ses tactiques et s'appuie davantage sur les femmes et les étudiants, tout en promettant de continuer de manifester à l'approche de deux événements importants: la deuxième audience du procès de M. Morsi pour le meurtre présumé de manifestants, le 8 janvier, et le référendum sur la nouvelle Constitution, prévu les 14 et 15 janvier.

Le gouvernement intérimaire considère le référendum comme une étape cruciale du plan de transition établi après la destitution de M. Morsi, qui prévoit aussi des élections présidentielle et législatives au cours des prochains mois.

Par ailleurs, trois explosions ont visé vendredi un convoi de la police et de l'armée dans le Sinaï, blessant quatre soldats, selon un responsable de la sécurité. Il a précisé que les explosions étaient survenues dans la localité de Sheikh Zuweid, près de la frontière avec la bande de Gaza.

PLUS:pc