NOUVELLES

Conflit autour du canal : efforts de médiation au Panama et en Espagne

03/01/2014 12:38 EST | Actualisé 05/03/2014 05:12 EST

Le Panama et l'Espagne s'efforçaient vendredi de trouver une issue à la crise née de la menace de suspension des travaux d'élargissement du Canal de Panama émises par un consortium international mené par le groupe espagnol Sacyr.

Le président du Panama, Ricardo Martinelli, a rencontré dans la matinée l'ambassadeur d'Espagne et un diplomate italien pour leur "faire part de son inquiétude" face à ces menaces, a annoncé le porte-parole de la présidence, Luis Camacho.

L'ambassadeur d'Espagne, Jesus Silva, et le responsable de la cellule économique de l'ambassade d'Italie, Massimo Tudini, qui représentait son ambassadeur Giancarlo Cursio, ont rencontré à la présidence M. Martinelli, qui était accompagné des ministres de la Présidence, Roberto Henriquez, et des Affaires étrangères, Fernando Nuñez, a constaté un journaliste de l'AFP.

Dans l'après-midi, M. Martinelli a qualifié devant la presse cette rencontre de "succès". "Les trois gouvernements souhaitent que les travaux se terminent et que les problèmes soient résolus", a-t-il assuré.

A Madrid, le gouvernement espagnol a annoncé avoir engagé un dialogue avec le Panama et le groupe Sacyr afin de trouver "la meilleure solution" face à la menace de suspension du chantier.

La ministre de l'Equipement, Ana Pastor, "dialogue aussi bien avec le gouvernement du Panama, à travers son ministre chargé des affaires du Canal, qu'avec Sacyr", a indiqué vendredi son ministère.

Un peu plus tard, le président panaméen a annoncé que Mme Pastor était attendue au Panama "ce weekend" pour évoquer le dossier avec les autorités.

Sacyr, qui dirige le consortium GUPC chargé des travaux d'élargissement du canal, a menacé de suspendre cet ouvrage pharaonique si l'Autorité du canal de Panama (ACP) ne versait pas, d'ici à trois semaines, la somme de 1,6 milliard de dollars (environ 1,2 milliard d'euros) pour couvrir "les surcoûts" survenus sur le chantier. Ce montant est jugé "irresponsable" par les autorités du Panama.

Le consortium est également formé par la firme italienne Impregilo, la belge Jan de Nul et la panaméenne Constructora Urbana.

Face à la menace de suspension des travaux, M. Martinelli a annoncé jeudi qu'il allait prochainement se rendre en Espagne et en Italie. mais aucune date n'a été officiellement annoncée pour cet éventuel voyage.

"Le Panama est un pays ami et proche de l'Espagne, avec lequel nous partageons le même souhait de trouver une solution le plus rapidement possible", a déclaré de son côté le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Garcia Margallo.

Passant notamment par le percement d'une troisième voie d'eau, l'élévation du niveau du lac Gatun, l'élargissement des voies d'accès, le creusement du lit du canal et la construction de nouvelles écluses sur trois niveaux, le projet vise à permettre le passage de navires transportant jusqu'à 12.000 conteneurs, le triple de la charge actuelle.

La fin des travaux, d'abord prévue pour octobre 2014 afin de coïncider avec le centenaire du canal, a été reportée à 2015 après un premier désaccord dès le début du chantier entre l'ACP et GPUC sur la qualité du ciment utilisé.

bur-ag/jeb

PLUS:hp