NOUVELLES

Algérie: un homme meurt de ses blessures après les affrontements à Ghardaïa (presse)

03/01/2014 02:54 EST | Actualisé 05/03/2014 05:12 EST

Un homme est mort des suites de ses blessures après les affrontements communautaires qui ont fait la semaine dernière 200 blessés parmi les habitants de Ghardaïa, au sud d'Alger, a rapporté vendredi le journal El Watan Week-End.

Blessé à la tête le 26 décembre, Mourad Belkheirn, 23 ans, a succombé à ses blessures, selon le journal algérien. En outre, 61 policiers ont été blessés, dont cinq grièvement.

La tension entre jeunes chaâmbas (Arabes) et ceux de la minorité mozabite (berbères musulmans ibadites, forts d'environ 200.000 personnes surtout présentes dans cette préfecture) s'est considérablement accrue ces derniers mois dans la région de Ghardaïa, à 600 km au sud d'Alger.

Fin décembre, ces tensions ont atteint un pic avec des affrontements entre bandes de jeunes séparés brutalement par la police, qui a fait usage de balles de caoutchouc et de gaz lacrymogènes, selon des témoins cités par la presse.

Plusieurs commerces de mozabites ont en outre été détruits sinon pillés puis incendiés et plusieurs arrestations ont eu lieu.

Vingt-deux personnes au total ont été arrêtées, dont huit placées sous mandat de dépôt et cinq sous contrôle judiciaire, selon El-Watan Week-end.

Jeudi, le Premier ministre Abdelmalek Sellal, a reçu à Alger une délégation de citoyens représentant les communautés Ibadite et Malékite (arabe).

A l'issue de cette rencontre plusieurs décisions ont été prises afin de permettre le retour à la normale à Ghardaïa, notamment la création au niveau des communes touchées d'un conseil de sages, un "espace d'arbitrage et de conciliation".

Le président Abdelaziz Bouteflika avait appelé lundi à faire prévaloir les valeurs de tolérance et de dialogue à Ghardaïa .

En 2008, deux personnes avaient péri dans des affrontements communautaires à Ghardaïa, une ville touristique classée patrimoine mondial de l'Unesco.

amb/cbo/feb

PLUS:hp