NOUVELLES

Syrie: l'ONU déplore le manque d'accès aux "communautés assiégées"

02/01/2014 02:34 EST | Actualisé 04/03/2014 05:12 EST

La patronne des opérations humanitaires de l'ONU Valerie Amos a déploré jeudi que les secours ne parviennent toujours pas à des centaines de milliers de civils syriens pris au piège des combats.

Tout en soulignant "des progrès importants sur certaines questions administratives" comme la délivrance de visas au personnel humanitaire étranger, elle a ajouté lors d'une conférence de presse: "en ce qui concerne les principaux problèmes (...) nous n'avons constaté aucun progrès".

Elle a cité "la protection des civils, la démilitarisation des écoles et des hôpitaux et l'accès aux communautés assiégées". Certaines de ces communautés sont proches de Damas mais l'ONU n'a pas pu leur porter secours "depuis des mois". Mme Amos a souligné en particulier que l'ONU n'avait toujours pas pu se rendre dans le camp palestinien de Yarmouk, à la périphérie de Damas.

L'ONU a constaté une augmentation du nombre des convois d'aide autorisés à circuler en Syrie en novembre, a-t-elle dit, "mais ce nombre a baissé en décembre en raison des problèmes de sécurité".

Début décembre, Mme Amos avait indiqué que le nombre de convois autorisés par le gouvernement syrien était passé à neuf en novembre, au lieu de trois par mois habituellement, et que l'ONU avait pu ouvrir trois centres de distribution d'aide supplémentaires dans le pays.

Mme Amos avait alors demandé aux 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU de faire pression sur Damas pour qu'il autorise un accès humanitaire plus libre à la population civile, selon des diplomates. Mme Amos a indiqué jeudi qu'elle entendait retourner devant le Conseil "vers la fin janvier" pour faire le point.

Selon l'ONU, 2,5 millions de Syriens sont bloqués dans des zones auxquelles les agences humanitaires ont peu ou pas accès pour des raisons de sécurité et 250.000 sont totalement isolés.

Au total, 9,3 millions de personnes ont besoin d'assistance en Syrie, estime l'ONU qui a lancé le mois dernier un appel record (6,5 milliards de dollars) pour financer l'aide aux Syriens en 2014, qu'ils vivent à l'intérieur du pays ou en exil.

avz/gde

PLUS:hp