NOUVELLES

Sept militants égyptiens condamnés à deux ans ferme pour une manifestation

02/01/2014 10:30 EST | Actualisé 04/03/2014 05:12 EST

Sept militants égyptiens pro-démocratie, dont une jeune femme, ont été condamnés jeudi à deux ans de prison ferme à Alexandrie, sur la côte méditerranéenne, pour avoir participé à une manifestation, rapporte l'agence officielle Mena.

Les militants, dont plusieurs sont des figures de la révolte populaire qui a chassé du pouvoir Hosni Moubarak début 2011, peuvent toutefois interjeter appel de cette décision, prise en vertu d'une récente loi controversée sur les manifestations, précise l'agence.

Les sept ont également été condamnés à payer chacun 50.000 livres égyptiennes (environ 5.000 euros) d'amende, selon Mena.

Trois d'entre eux ont été condamnés par contumace, dont Hassan Mostafa et Mahienour El-Massry, pour avoir "attaqué les forces de sécurité, participé à des émeutes et bloqué la circulation" lors d'une manifestation le 2 décembre dans la grande ville du nord de l'Egypte.

Plusieurs dizaines de personnes s'étaient alors rassemblées devant un tribunal d'Alexandrie où étaient jugés des policiers pour la mort de Khaled Saïd, jeune Egyptien devenu l'icône de la révolte de 2011.

Fin novembre, les autorités intérimaires, dirigées de facto par l'armée depuis qu'elle a destitué le président islamiste Mohamed Morsi début juillet, ont promulgué une loi interdisant toute manifestation n'ayant pas obtenu l'aval du ministère de l'Intérieur. Trois militants en vue, Ahmed Douma, Ahmed Maher et Mohamed Adel, ont déjà écopé de trois ans de prison ferme lors du premier procès tenu en vertu de cette loi.

Ce texte, jugé liberticide par les défenseurs des droits de l'Homme et condamné à l'étranger, a été promulgué sur fond de sanglante répression des manifestants pro-Morsi qui a fait depuis début juillet plus de 1.000 morts et des milliers d'arrestations.

mon-sbh/cbo

PLUS:hp