NOUVELLES

Le nombre d'homicides en baisse dans les principales villes américaines en 2013

01/01/2014 10:59 EST | Actualisé 03/03/2014 05:12 EST

Le nombre d'homicides dans les principales villes américaines, New York, Los Angeles et Chicago, a chuté de près de 20% en 2013, mais a augmenté dans la capitale fédérale Washington, marquée par une fusillade dans un complexe de la Marine, selon les chiffres officiels.

Ces bons résultats confirment une tendance à la baisse entamée depuis plusieurs années, après les records des années 1990.

A New York (nord-est), qui compte environ 8,4 millions d'habitants selon le Bureau du recensement, 333 meurtres et assassinats ont été comptabilisés au 29 décembre, soit 84 de moins qu'à la même date en 2012 (417) et une baisse de 20%.

Avec 419 homicides au total en 2012, New York avait pris la tête des villes les plus sûres des Etats-Unis, après avoir été longtemps en queue de peloton et atteint 2.245 homicides en 1990, soit environ six par jour.

Même tendance à Los Angeles (ouest), qui compte 3,9 millions d'habitants et où 246 meurtres et assassinats ont été recensés au 21 décembre, contre 295 (-17%) à la même date en 2012, selon les derniers chiffres publiés par la police.

Le nombre d'homicides dans la Cité des anges avait culminé à 1.092 en 1992, année où la ville avait été secouée par de violentes émeutes.

A Chicago (nord), troisième ville du pays avec 2,7 millions d'habitants, le maire Rahm Emmanuel, ancien conseiller du président Barack Obama, peut s'enorgueillir d'une meilleure année 2013 après une catastrophique flambée de violence entre gangs rivaux en 2012.

Au 27 décembre, 407 meurtres et assassinats avaient été comptabilisés par la police, contre 501 en 2012 (-17%) et 435 en 2011.

La capitale fédérale Washington (est), bien moins peuplée avec 630.000 habitants, fait figure d'exception avec 103 homicides commis en 2013, soit un bond de 17% par rapport à l'année précédente, qui avait marqué un plus bas historique avec 88 homicides.

L'une des raisons de cette augmentation tient à la fusillade commise par un déséquilibré dans un immeuble de bureaux de la Marine dans le quartier de Navy Yard. Le 16 septembre, un sous-traitant de la Défense, Aaron Alexis avait tué 12 personnes et blessé huit autres avant d'être abattu par la police.

Ces chiffres sont cependant loin des 454 homicides recensés en 1993. La violence dans la capitale fédérale avait conduit l'équipe de basket de la ville des Washington Bullets ("balles" d'arme à feu) à changer son nom en Washington Wizards ("magiciens") en 1997.

mra/are

PLUS:hp