NOUVELLES

La Chine tente l'alimentation biologique

01/01/2014 05:12 EST | Actualisé 03/03/2014 05:12 EST
Alamy

De plus en plus de consommateurs chinois, écoeurés par les scandales alimentaires à répétition, se tournent vers les produits biologiques, qui sont pourtant loin d'être fiables dans ce pays.

Un texte d'Yvan Côté

Niveaux de pollution record, eau souillée, nourriture insalubre; de nombreux Chinois ne savent plus quoi faire pour se protéger des dérives environnementales. C'est pourquoi les marchés biologiques explosent depuis quelques années dans les grandes villes. Les consommateurs espèrent ainsi éviter les empoisonnements alimentaires.

« La sécurité alimentaire est devenue un enjeu en Chine », explique Lynn Ying, 24 ans. En fait, la situation est tellement critique que la jeune femme a décidé d'abandonner ses études universitaires pour se consacrer uniquement à la culture bio.

« Ma famille ne me comprenait pas au début, dit-elle, mais aujourd'hui elle a changé d'idée avec tous les scandales. »

Parmi ceux-ci, du rat vendu pour de l'agneau au début de 2013. La police a arrêté 900 personnes et a saisi 20 000 tonnes de viande avariée.

Sensiblement à la même période, les autorités ont aussi repêché 16 000 cadavres de porcs dans le fleuve Huangpu, qui traverse Shanghaï. L'affaire a fait grand bruit, puisque ce cours d'eau représente 22 % de la consommation d'eau de la ville.

En mai 2012, ce sont les choux qui ont fait la manchette. Des médias étatiques ont révélé que plusieurs marchands enduisent le légume de formol pour éviter qu'il ne dépérisse pendant le transport. Le formol est classé comme un produit cancérigène.

Et évidemment, il y a eu en 2008 le scandale qui a peut-être fait le plus de bruit en Chine, celui du lait en poudre pour bébé, contaminé à la mélamine. Six nourrissons sont morts et 300 000 autres ont contracté des maladies chroniques.

L'authenticité des marchés bio

C'est donc dans ce contexte que l'industrie du biologique se développe en Chine. Toutefois, lorsqu'on questionne un peu les façons de faire, on réalise rapidement qu'acheter vert n'est pas nécessairement un gage de sécurité.

La Chine n'a toujours pas d'agence d'inspection des aliments comme au Canada.

Tous ces fermiers, Lynn Ying y compris, n'ont aucune accréditation prouvant qu'ils n'utilisent aucun pesticide, et la plupart refusent d'obtenir la certification biologique du gouvernement.

« C'est trop cher et compliqué, nous explique Lynn, mais les gens doivent nous faire confiance. »

Une profession de foi difficile à faire en Chine, surtout que les études démontrent que des millions d'hectares de terres contiennent des métaux toxiques laissés par les industries. Des terres sur lesquelles se trouvent plusieurs des fermes dites biologiques.

INOLTRE SU HUFFPOST

14 idées pour manger en santé