NOUVELLES

Cameron vante la réussite économique britannique, modèle européen loin de la France

01/01/2014 01:00 EST | Actualisé 02/03/2014 05:12 EST

Le Premier ministre britannique David Cameron vante les mérites de l'économie de son pays dans une tribune publiée mercredi par le Times, aussitôt interprétée par le quotidien de Londres comme une critique à peine voilée contre la France.

La Grande-Bretagne va renouer avec la croissance grâce à une politique économique qui tourne le dos aux "grandes erreurs ayant conduit à la grande récession: plus d'emprunts, plus de dépenses et plus de dette", écrit ainsi le Premier ministre.

Bien que M. Cameron n'ait pas nommé la France, le Times y voit une critique contre la politique économique menée par Paris et une pique à l'adresse du président français François Hollande

Ses remarques "vont être largement interprétées comme une attaque à l'endroit de M. Hollande, sous pression alors que l'économie française continue à se débattre" dans la crise, écrit ainsi le journal.

"2014 sera l'année où nous commencerons à faire de la Grande-Bretagne la grande +success story+ post grande récession", écrit encore M. Cameron.

Mais, "nous ne devons pas ressusciter les dangereuses idées qui nous ont plongés dans la crise au moment où nous commençons à en sortir", avertit toutefois le Premier ministre, accusant le Parti travailliste, qui a perdu le pouvoir en 2010, d'être à l'origine de la sévère récession dans laquelle a été plongée la Grande-Bretagne.

"Et si vous doutez des effets désastreux que représenterait un retour des politiques économiques inspirées par les Travaillistes, regardez les pays qui sont en train de suivre cette approche", ajoute-t-il.

"Ils font face à un chômage croissant, une stagnation industrielle et leurs entreprises sont en chute libre. L'opposé de ce que nous faisons ici", ajoute le Premier ministre britannique sans toutefois citer aucun de ces pays.

La Grande-Bretagne table sur une croissance de son Produit intérieur brut (PIB) de 1,4% en 2013 et de 2,4% en 2014, la France espère de son compter atteindre 0,2% en 2013, selon l'Institut national des statistiques, tandis que le gouvernement s'attend à une croissance de 0,9% en 2014.

rjm/fb/ob/emb

PLUS:hp