NOUVELLES

Brent Sutter veut éviter qu'ECJ regarde au-delà du match contre la Suisse

01/01/2014 01:28 EST | Actualisé 03/03/2014 05:12 EST

MALMÖ, Suède - Brent Sutter semblait de mauvais poil à l'entraînement, mercredi matin, après que le Canada eut signé sa plus importante victoire jusqu'ici au Championnat mondial de hockey junior.

Le vétéran entraîneur criait d'un ton sec en donnant ses directives et il a souvent exprimé sa colère en frappant la glace de son bâton après des jeux ratés. Comme si son équipe avait perdu la veille, au lieu de vaincre les États-Unis 3-2 et s'emparer du premier rang dans son groupe à l'issue du tour préliminaire.

Mais Sutter savait parfaitement ce qu'il faisait.

Il ne voulait pas que ses joueurs aient la grosse tête au moment d'amorcer la portion éliminatoire du tournoi.

Le Canada disputera son match des quarts de finale jeudi contre la Suisse, qui a terminé au quatrième rang de son groupe mais a montré qu'elle peut surprendre toute équipe qui la prend à la légère.

Sur papier, c'est là un duel que la formation canadienne devrait dominer sans problème. Mais c'est peut-être dans ce piège que sont tombés les Finlandais, quand ils ont perdu en fusillade contre les Suisses à leur dernier match du tournoi rotation.

«C'est une équipe qui joue avec discipline, a noté Sutter. Ils ont disputé des matchs serrés.

«Ils ont atteint ce stade du tournoi pour une raison. Ils jouent du hockey structuré. Tu dois avoir de la discipline quand tu les affrontes. Tu ne peux pas céder à la frustration.»

Le Canada a battu la Suisse 4-1 dans un match préparatoire, le 23 décembre, en profitant de cinq jeux de puissance pour se doter d'une avance de 2-0 en première période. À un certain moment, on a retrouvé quatre joueurs suisses au banc des pénalités.

Malgré la défaite, les Suisses ont retiré une certaine dose de confiance de leur performance.

«Nous connaissons leurs joueurs maintenant, a souligné le gardien suisse Melvin Nyffeler. Ils ont un bon jeu de puissance.

«Nous avons perdu le dernier match parce qu'ils ont eu tellement d'avantages numériques. Maintenant, voyons voir ce que nous pouvons faire contre eux. Au hockey, tout est possible. Nous avons des chances contre n'importe qui.»

En terminant premier de son groupe, le Canada a emprunté une voie plus facile. S'il bat la Suisse, un match contre la Finlande ou la République tchèque suivra en demi-finale.

Les Américains, eux, doivent affronter la Russie en quarts et le vainqueur de ce match se mesurera au gagnant de l'affrontement entre la Suède et la Slovaquie.

Mais Sutter s'est assuré de rappeler à ses joueurs qu'ils n'ont encore rien accompli. Il sait ce que ça prend pour remporter des tournois. Il a guidé des équipes canadiennes à la médaille d'or aux championnats du monde juniors de 2005 et 2006 sans perdre un match. Sa fiche globale à ce tournoi est de 15-0-1.

«Rendu à ce stade, chaque match est comme un septième match, a-t-il noté. Nous devons nous assurer de bien contrôler nos émotions et de ne négliger aucun détail. L'identité de l'adversaire n'a aucune importance, il faut être à son sommet. Nous devons nous entraîner avec sérieux. Tu ne peux pas allumer l'interrupteur à volonté.»

Au fil des matchs ces dernières semaines, Sutter a maintes fois modifié ses trios. Des joueurs de centre ont dû jouer à l'aile, pour ensuite revenir au centre. Et il n'y a pas de pitié pour ceux qui ne s'adaptent pas rapidement, parce qu'il n'y a simplement pas assez de temps, a noté l'entraîneur, qui doit composer avec le fait que neuf de ses 13 attaquants sont des joueurs de centre.

«Ç'a été une porte tournante. Il n'y a pas vraiment de plan en place. Il s'agit d'avoir le pouls de son équipe, a expliqué Sutter. Si quelque chose ne fonctionne pas, tu dois le changer tout de suite.»

Il y a eu deux changements notables contre les États-Unis, alors que Curtis Lazar est passé de l'aile gauche à l'aile droite, tandis que Frédérik Gauthier est passé de l'aile au centre. Ce qui a permis à l'espoir des Maple Leafs de Toronto d'utiliser sa taille pour gagner des mises au jeu importantes en territoire défensif.

À l'entraînement mercredi, Sam Reinhart a patiné avec le centre Bo Horvat et le capitaine Scott Laughton, tandis que Lazar était jumelé au centre Nic Petan et à Connor McDavid. Gauthier était au centre de Kerby Rychel et Josh Anderson, pendant que Jonathan Drouin pivotait une unité complétée par Taylor Leier et Anthony Mantha.

Charles Hudon a raté la séance d'entraînement afin de soigner une blessure à l'épaule subie lors du match de samedi contre la Slovaquie.

«Où nous jouons importe peu parce que nous sommes tous plutôt différents, a affirmé Laughton, un centre qui joue à l'aile gauche. En ce moment, nous avons quatre trios complets qui peuvent fonctionner, alors je pense que c'est pas mal stabilisé maintenant.»

PLUS:pc