DIVERTISSEMENT
31/12/2013 01:17 EST | Actualisé 06/01/2014 02:03 EST

Web-série «Agent secret» : de l'action à revendre

Courtoisie Z Télé

Un super-héros, des vilains à neutraliser, un combat entre le bien et le mal, des effets spéciaux à la tonne, des musiques tonitruantes. Parlons-nous du prochain gros film d’action américain à prendre l’affiche? Pas du tout. Il est plutôt question ici d’Agent secret, une web-série aux forts relents de testostérone que Z Télé mettra en ligne en avril prochain.

Le scénariste Simon Lacroix et le réalisateur Julien Hurteau, tous deux à l’origine du projet, ne s’en cachent pas : ils ont réalisé des fantasmes de petits garçons en imaginant l’univers ambitieux d’Agent secret, qu’on a voulu très sombre, à la façon du Batman de Christopher Nolan, mais aussi empreint d’un humour absurde et décalé, typique d’Austin Powers et de The Office.

Le tandem avait planché, en 2011, sur la web-série Deep, qui lui a valu une flopée de distinctions, dont deux trophées Gémeaux et un Numix, mais aspirait cette fois à concocter une fiction avec davantage de moyens. La maison de production LP8 Média chapeaute l’aventure Agent secret, et Patrick Hivon, Raymond Cloutier, Magalie Lépine-Blondeau, Julien Poulin, Ève Landry et Émile Proulx-Cloutier y tiennent la vedette. Une distribution de haut calibre, qui s’est grandement éclatée à jouer ces scènes fantaisistes à l’extrême.

«On s’est permis de beurrer épais dans le scénario, indique Simon Lacroix. Je pense que les comédiens ont eu beaucoup de plaisir, c’était un beau terrain de jeu pour eux. Ils pouvaient proposer des choses, et ils se retrouvaient dans des situations qu’on voit rarement dans les productions québécoises. On tourne en dérision les principaux éléments des films américains, même si c’est plus sérieux qu’une simple parodie.»



Combat père-fils

L’agent secret du titre, c’est Tom (Patrick Hivon). Au début de l’histoire, sa partenaire de travail, Julie (Magalie Lépine-Blondeau) se fait kidnapper par le méchant Franz (Julien Poulin), qui est en réalité le père de Tom. Mais ce dernier ignorait les vils desseins de son géniteur, un être machiavélique qui œuvrait jusque-là dans l’ombre. Franz voudrait bien que Tom se joigne à lui dans ses tentatives de semer le mal, mais celui-ci refuse obstinément. Père et fils se confronteront dans un ultime face à face au huitième et dernier épisode de la web-série.

En parallèle, dans chaque capsule, Tom devra résoudre une mission et se mesurer à un adversaire différent, envoyé par Franz. Et on ne fait pas allusion, ici, à des bandits à cravates, mais à des individus profondément louches, capables d’orchestrer les pires machinations, comme la petite Sophie, 10 ans, qui menace de faire sauter son école primaire. Tom sera aussi forcé de désamorcer une bombe atomique greffée dans un cerveau et d’affronter des drones ultrasophistiqués pilotés par un génie autiste.

«Ce sont des méchants plus grands que nature, noirs, cruels, mais qui peuvent s’enfarger dans un fil au milieu de leur phrase-punch, illustre Simon Lacroix. Dans une web-série, on n’a pas vraiment le temps de développer les personnages, mais on peut inclure beaucoup de flashs. Tom aura aussi plusieurs partenaires très typés, comme un homme semi-invisible et une sorte de G.I Joe qui a des moments d’absence.»

Produit léché

Le tournage d’Agent secret s’est déroulé cet automne, à Montréal. Aucune ville ne sera nommée dans les dialogues, mais les plans de caméra laisseront deviner que les tribulations de Tom sont campées en milieu urbain. «Il fallait trouver des endroits glauques, comme des stationnements souterrains, pour les scènes avec les méchants mais, en revanche, pour les segments dans les bureaux de l’agence, il fallait des lieux très beaux, très propres, très grandioses. Tout devait être léché, recherché», détaille Simon Lacroix.

Un soin particulier a également été apporté aux costumes et aux maquillages. Quant aux effets spéciaux, ils ont été fignolés par Simon Beaupré, en majeure partie à l’ordinateur. On a aussi élaboré des tournages devant écran vert, un procédé qui permet d’intégrer dans un même plan des personnes ou des objets filmés séparément.

«Dans la bande-annonce, il y a une voiture qui explose et des coups de feux. Tout a été fait à l’ordinateur et c’est très crédible. Des gens qui ont vu les images croyaient qu’on bénéficiait d’un énorme budget, mais non, ce ne sont que des effets spéciaux. On a voulu créer un univers, et je pense que c’est cohérent», lance fièrement Simon Lacroix.

Une deuxième saison d’Agent secret pourrait voir le jour si le succès est au rendez-vous pour la première. D’ici à ce que la web-série soit disponible sur le portail de Z Télé, au printemps, on peut visionner la bande-annonce et consulter la page Facebook.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST QUÉBEC

Quelles séries regardez-vous en 2014?

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.