NOUVELLES

Une société saoudienne va porter plainte contre le français EDF

31/12/2013 01:32 EST | Actualisé 02/03/2014 05:12 EST

La compagnie saoudienne Soroof International va porter plainte contre le géant français de l'énergie EDF en raison d'un différend sur un projet de coopération, a-t-elle annoncé dans un communiqué transmis mardi à l'AFP.

Soroof, dirigée par le prince Bandar ben Abdallah al-Saoud, a précisé que la plainte serait déposée devant la justice saoudienne "dans les jours à venir" afin de "demander réparation pour les dommages causés à Soroof International et à son altesse le prince Bandar".

Le groupe évoque un "défaut d'exécution par EDF" d'un accord entre les deux parties concernant un projet de société commune en Arabie saoudite.

Il ne donne pas davantage de détails par respect pour la "confidentialité" de la procédure d'arbitrage qu'il a engagée en septembre devant la Chambre de commerce internationale (CCI).

EDF avait reconnu en novembre être en conflit avec le Saoudien, au sujet "du partenariat signé entre EDF et la société Soroof International en mai 2010 pour étudier d'éventuelles coopérations en Arabie saoudite dans le domaine du transport de l'électricité et de la production thermique".

Soroof International estime que le champ d'action de la coentreprise formée avec EDF s'étend au nucléaire, ce que conteste EDF, déjà engagé avec d'autres partenaires dans ce domaine. "EDF considère cette demande infondée et défendra ses intérêts devant le tribunal arbitral", avait alors ajouté le groupe français.

L'énergéticien et son compatriote Areva, liés par un partenariat avec Saudi Binladin Group, propriété de la famille Ben Laden, ont ouvert un bureau commun dans le royaume en vue de participer conjointement à un appel d'offres en préparation dans le cadre du programme nucléaire saoudien.

Le projet saoudien, étalé sur plus de vingt ans, est considérable et prévoit des réacteurs nucléaires d'une capacité totale de 17 gigawatts, soit près du tiers du parc nucléaire français. Il comprend également un volet gigantesque d'électricité renouvelable de 60 gigawatts.

La France espère décrocher tout ou partie de ce futur appel d'offres évalué entre 70 et 100 milliards de dollars.

Le président français François Hollande s'est rendu ces derniers jours en Arabie, où il a rencontré lundi les milieux d'affaires saoudiens.

"Dès lors que le royaume voudra préciser ses objectifs, la France sera prête à y répondre", a déclaré François Hollande au sujet de l'appel d'offres, faisant valoir qu'elle coopérait "depuis 30 ans" avec la Chine dans le domaine de l'énergie.

bur-lyn/cco/cnp

PLUS:hp