NOUVELLES

Soudan du Sud: deux semaines d'affrontements

31/12/2013 11:13 EST | Actualisé 02/03/2014 05:12 EST

Rappel des événements au Soudan du Sud, déchiré depuis deux semaines par d'intenses combats entre forces gouvernementales du président Salva Kiir et rebelles de l'ancien vice-président Riek Machar.

Le conflit aurait fait des milliers de morts et 180.000 déplacés, selon l'ONU.

--DECEMBRE 2013--

- 15: D'intenses combats se déroulent dans la soirée autour de bâtiments militaires à Juba, capitale du Soudan du Sud, pays en proie à de graves tensions politiques depuis le limogeage en juillet par le président Kiir de son vice-président Machar.

- 16: Le président Kiir déclare avoir déjoué une tentative de coup d'Etat et accuse son rival d'en être à l'origine. Le lendemain, le gouvernement annonce l'arrestation de dix hautes personnalités, dont huit anciens ministres.

- 19: Des rebelles loyaux à Riek Machar s'emparent de la ville stratégique de Bor, capitale de l'Etat de Jonglei (est).

Riek Machar appelle au renversement de Salva Kiir, l'accusant de vouloir "allumer une guerre ethnique". Kiir appartient à l'ethnie Dinka, alors que Machar est d'ethnie Nuer.

Le président américain Barack Obama estime que le pays est "au bord du précipice". L'Union africaine (UA) mandate une mission de paix.

- 21: Quatre soldats américains sont blessés par des tirs "d'armes légères" lors d'une tentative avortée d'évacuation aérienne de citoyens américains, près de Bor.

- 22: Les rebelles s'emparent de Bentiu (1.000 km au nord de Juba), capitale de l'Etat pétrolier d'Unité (nord).

Barack Obama renforce le contingent américain et met en garde la rébellion, affirmant que le soutien de Washington cesserait en cas de coup de force.

- 24: L'armée reprend la ville de Bor. L'ONU annonce la découverte d'un charnier à Bentiu et dénonce des "exécutions de masse" et le ciblage d'individus sur une base ethnique.

Après Salva Kiir, Riek Machar affirme être "prêt à engager des pourparlers".

L'ONU autorise l'envoi de près de 6.000 Casques bleus supplémentaires doublant quasiment le contingent dans le pays, pour le porter à 12.500 hommes.

- 27: Forces gouvernementales et rebelles revendiquent le contrôle de la ville-clé de Malakal (nord), capitale de l'Etat du Haut-Nil, riche en pétrole.

Un sommet régional donne jusqu'au 31 décembre aux deux rivaux pour entamer des pourparlers et stopper les combats.

- 28: Juba accuse Riek Machar d'avoir mobilisé jusqu'à 25.000 jeunes miliciens de l'ethnie Lou Nuer, membres selon elle de "l'Armée blanche", un groupe redouté dans la région pour sa brutalité.

- 31: Salva Kiir assure vouloir régler le conflit par des "moyens pacifiques", tout en excluant tout partage de pouvoir avec son ex-vice président.

Riek Machar dit ne pas être prêt à un cessez-le-feu, ni même à rencontrer dans l'immédiat Salva Kiir, affirmant au contraire que la rébellion marche sur Juba. Il confirme toutefois l'envoi d'une délégation pour des pourparlers à Addis Abeba.

Il déclare que les rebelles ont repris le contrôle de Bor, ce que dément l'armée sud-soudanaise.

L'UA menace de "sanctions ciblées" tous ceux qui "inciteraient à la violence".

bc/acm/aub

PLUS:hp