NOUVELLES

RDC/attaques: ce sont les autorités qui ont commencé (bureau du pasteur Mukungubila)

31/12/2013 07:20 EST | Actualisé 02/03/2014 05:12 EST

Le bureau du pasteur Joseph Mukungubila Mutombo, dont se réclamaient certains assaillants impliqués dans les attaques de lundi en République démocratique du Congo, a accusé mardi les autorités de les avoir commencées, dans un communiqué publié sur Facebook.

Dimanche soir à Lubumbashi (sud-est), la deuxième ville du pays, des "enfants" ont été arrêtés après avoir distribué une lettre où le pasteur "a dit la vérité, c'est-à-dire qu'on ne peut pas garder un étranger à la tête du pays", indique le texte, daté de lundi, faisant référence aux allégations selon lesquelles le président Joseph Kabila est rwandais.

Lundi matin, des forces armées "ont attaqué la résidence du prophète Joseph Mukungubila à Lubumbashi", affirme le bureau. Suite à cette attaque, "les frères se trouvant dans d'autres villes se sont soulevés pour protester, d'autant plus que ce n'est pas la première attaque menée par les autorités contre le Prophète", ajoute-t-il.

"Lors de ces attaques, plusieurs de nos frères ont été tués par balle, d'autres ont été blessés", selon le communiqué.

Les forces armées "ont ensuite commencé à pilonner sa résidence. (...) Les obus ne font rien, ils n'ont même pas abîmé les véhicules", affirme-t-il.

Un témoin à Lubumbashi a déclaré mardi à l'AFP que la résidence du pasteur avait été en majeure partie démolie, comme une de ses églises, située à côté. Il a affirmé avoir vu une "quarantaine" de corps d'assaillants présumés -tous en civil- que la garde républicaine, chargée de la protection du président, a transférés vers des morgues.

Lundi matin à Kinshasa, peu après une prise d'otages à la télévision publique (RTNC), des tirs ont résonné à l'aéroport international de Ndjili et à l'état-major général. A Lubumbashi et à Kolwezi (sud-est), des tirs ont aussi été entendus et à Kindu (est) l'aéroport a été ciblé.

Des preneurs d'otages de la RTNC se sont clairement réclamés du pasteur Mukungubila Mutombo, qui se surnomme "prophète de l'Eternel" et qui fut candidat à la présidentielle de 2006 remportée par M. Kabila.

Les deux hommes sont originaires de la province minière (coltan, cuivre...) du Katanga, dont Lubumbashi est la capitale.

Le ministre de la Défense, Alexandre Luba Ntambo, a annoncé lundi après-midi que la situation était "totalement" sous le contrôle de l'armée.

Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a donné lundi soir un bilan provisoire de plus de 70 assaillants tués, dont 52 à Kinshasa.

hab/sd

PLUS:hp