NOUVELLES

RDC: le président Kabila appelle les Congolais à une "vigilance tous azimuts"

31/12/2013 03:49 EST | Actualisé 02/03/2014 05:12 EST

Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, a appelé mardi les Congolais à faire preuve d'une "vigilance tous azimuts" au lendemain d'attaques simultanées qui se sont principalement déroulées à Kinshasa et Lubumbashi, deuxième ville du pays.

"J'en appelle, une fois de plus, à la vigilance tous azimuts des Congolaises et des Congolais. Comme en témoignent les événements tragiques de la capitale et la ville de Lubumbashi ont connu ce 30 décembre 2013, la victoire de nos forces armées sur les forces du mal ne nous autorisent pas à dormir sur nos lauriers", a-t-il déclaré dans son discours de fin d'année.

Le chef de l'Etat, costume et cravate noires, s'est exprimé environ sept minutes dans un discours retransmis sur la RTNC.

Lundi matin à Kinshasa, peu après une prise d'otages à la télévision publique (RTNC), des tirs ont résonné à l'aéroport international de Ndjili et à l'état-major général. A Lubumbashi et à Kolwezi (sud-est), des tirs ont aussi été entendus et à Kindu (est) l'aéroport a été ciblé.

Le gouvernement a annoncé mardi que l'"offensive terroriste" a fait "103 morts, dont 95 terroristes assaillants et 8 éléments" de l'armée, et que plus de 150 assaillants avaient été capturés.

L'identité des assaillants n'a pas été dévoilée par Kinshasa, qui dit attendre la fin de l'enquête.

Plusieurs assaillants se sont clairement réclamés du pasteur Joseph Mukungubila Mutombo, qui a été candidat à la présidentielle de 2006 remportée par M. Kabila.

Les deux hommes sont originaires de la province minière (coltan, cuivre...) du Katanga, dont Lubumbashi est la capitale, et où se trouvait le chef de l'Etat avant son retour mardi matin à Kinshasa.

Lors d'une récente tournée dans l'Est du pays, le président avait appelé les Congolais à rester vigilants et à ne pas soutenir les dizaines de groupes armés qui écument l'Est congolais, dont le sous-sol regorgent de ressources minières qui attisent les convoitises.

Il s'exprimait quelques jours après la défaite de la rébellion Mouvement du 23 mars (M23), présumée soutenue par le Rwanda et l'Ouganda voisins et qui a capitulé le 5 novembre après une offensive musclée de l'armée congolaise et de la brigade d'intervention de l'ONU.

Le 12 décembre, Kinshasa et la branche politique du M23 ont signé des déclarations mettant officiellement fin à un an et demi de rébellion.

M. Kabila a ainsi expliqué mardi que malgré les difficultés qui ont bridé les efforts de développement, 2013 a aussi été une "année de victoire".

Notamment, une "victoire incontestée des Forces armées de la République démocratique du Congo sur une énième pseudo rébellion voulue, conçue et organisée pour déstabiliser notre pays", a-t-il souligné sans nommer les déstabilisateurs.

hab/sba

PLUS:hp