NOUVELLES

Le gouvernement égyptien saisit des actifs appartenant aux Frères musulmans

31/12/2013 10:33 EST | Actualisé 02/03/2014 05:12 EST

LE CAIRE, Égypte - Les actifs de près de 600 leaders des Frères musulmans — incluant ceux de l'ancien président Mohammed Morsi — ont été confisqués, ont confirmé mardi divers représentants du gouvernement égyptien.

Selon le porte-parole du ministère égyptien de la Justice, Abdel-Azzem el-Ashri, un comité ministériel a ordonné la saisie de biens appartenant à 572 leaders des Frères musulmans, mouvement dont est issu l'ex-président Morsi.

Cet ordre s'inscrit dans la foulée d'une importante campagne de répression contre les Frères musulmans en Égypte, alors que l'armée a promis de confronter «les forces du terrorisme et de la noirceur» et de s'assurer du bon déroulement de la consultation populaire des 14 et 15 janvier.

Ce référendum sur la Constitution amendée est perçu comme une étape importante du plan de transition du gouvernement intérimaire.

Le premier ministre Hazem el-Beblawi a invité les Égyptiens à se déplacer en grand nombre afin d'accomplir ce «devoir national prioritaire», soutenant qu'une participation élevée au vote était la seule garantie de réussite.

Le gouvernement intérimaire soutenu par l'armée égyptienne a d'abord inscrit la formation politique sur sa liste d'organisations terroristes, l'accusant d'être derrière une série d'attentats contre les forces de sécurité, sans toutefois présenter de preuves publiquement à cet effet.

Les Frères musulmans ont nié toute responsabilité dans ces attentats et continuent d'organiser des manifestations sur une base quasi-quotidienne afin d'exiger la réhabilitation du président Morsi, chassé du pouvoir par l'armée le 3 juillet.

Les rassemblements pro-Morsi sont toutefois devenus plus rares en raison de la violente répression de la part des autorités, qui ont arrêté des milliers de personnes et fait des centaines de morts lors du démantèlement sanglant de deux camps de protestation au mois d'août.

PLUS:pc