NOUVELLES

Etats-Unis: libération des trois derniers Ouïgours détenus à Guantanamo

31/12/2013 08:12 EST | Actualisé 02/03/2014 05:12 EST

Les Etats-Unis ont annoncé mardi le transfèrement en Slovaquie des trois derniers Ouïgours, des Chinois de confession musulmane, qui étaient encore détenus dans la prison militaire de Guantanamo, bien que blanchis depuis plusieurs années, faute d'avoir trouvé un pays tiers pour les accueillir.

"Les Etats-Unis remercient le gouvernement slovaque pour ce geste humanitaire et sa volonté de soutenir les efforts américains en vue de fermer la prison de Guantanamo", affirme le porte-parole du Pentagone John Kirby dans un communiqué, précisant que le transfèrement s'était effectué sur une base "volontaire".

Les trois ex-détenus sont Yusef Abbas, Saidullah Khalik et Hajiakbar Abdul Ghuper. Ils étaient considérés comme libérables depuis une décision de justice d'octobre 2008, selon le Pentagone.

Au total, 22 Chinois ouïgours ont été enfermés à Guantanamo. Tous blanchis sous l'administration de George W. Bush, ils sont restés de nombreuses années à croupir dans la prison américaine sur l'île de Cuba car ils craignaient d'être persécutés en cas de retour en Chine.

La minorité ouïgoure, turcophone et de confession musulmane, vit au Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine. Certains groupes ouïgours dénoncent une répression politique et religieuse menée par la Chine, Pékin les accusant pour sa part de "terrorisme".

Les pays tiers se sont montrés très réticents à les accueillir de peur de froisser Pékin. L'Albanie en a finalement recueilli cinq en 2006, l'archipel de Palau six et les Bermudes quatre en 2009, tandis que deux autres se sont retrouvés en Suisse en 2010, puis deux au Salvador en 2012.

Pour le Pentagone, "ce transfèrement et cette relocalisation constituent une étape importante dans (ses) efforts pour fermer la prison de Guantanamo".

De fait, les transfèrements se sont accélérés depuis un mois, avec le retour dans leur pays de deux Algériens --contre leur gré--, de deux Saoudiens et de deux Soudanais. Aujourd'hui, 155 détenus restent incarcérés à Guantanamo.

Si le Congrès américain interdit toujours le transfèrement de détenus sur le sol américain, il a élargi en décembre la possibilité pour le président américain d'ordonner des transfèrements vers des pays étrangers, ce qui pourrait permettre à Barack Obama de respecter sa promesse faite à son arrivée à la présidence de fermer Guantanamo.

mra/are

PLUS:hp