NOUVELLES

Damas a remporté des "victoires" diplomatiques grâce à Moscou et Téhéran (Premier ministre)

31/12/2013 11:41 EST | Actualisé 02/03/2014 05:12 EST

Le Premier ministre syrien Waël al-Halaqi a affirmé mardi que son régime avait pu remporter des "victoires" diplomatiques grâce au soutien infaillible de ses alliés, notamment la Russie, la Chine et l'Iran,

"Les relations entre la Syrie et l'Iran sont solides et tenaces, tout comme les autres relations avec les pays amis, notamment la fédération de Russie et les pays des Brics" (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), a affirmé M. Halaqi au cours de la dernière session du Parlement pour l'année 2013.

Il a évoqué notamment le triple veto russe et chinois au Conseil de sécurité de l'ONU à des projets occidentaux de résolution condamnant et sanctionnant le régime de Bachar al-Assad depuis le début du conflit en Syrie en mars 2011.

"Grâce à toutes ces politiques, la diplomatie syrienne a remporté des victoires au cours de la période précédente", a-t-il dit.

Selon M. Halaqi, sans ce soutien, "la situation aurait pu être différente, avec notamment davantage de pressions et une agression contre la Syrie".

Il faisait allusion à des frappes militaires américaines qui étaient prévues en Syrie en représailles à une attaque chimique meurtrière en août près de Damas que Washington attribue aux troupes d'Assad. Mais cette attaque a été annulée in extremis après un accord russo-américain sur la destruction des armes chimiques du régime.

"La décision historique, sage et la plus importante a été la décision du président Bachar al-Assad de faire adhérer la Syrie à la Convention interdisant les armes chimiques", a indiqué M. Halaqi, ajoutant que la Syrie a évité ainsi "une agression certaine".

"Le soutien des pays amis dans le monde et à leur tête la Russie, la Chine et l'Iran a permis d'appliquer le contenu de l'accord sur la destruction de l'industrie chimique".

Le Premier ministre a espéré que ce soutien lui permettra de remporter d'autres "victoires dans l'avenir, notamment à Genève-2".

La conférence de paix prévue en Suisse le 22 janvier vise à dessiner une issue au conflit qui dévaste la Syrie depuis près de trois ans et qui a fait plus de 130.000 morts selon une ONG syrienne.

Sur le terrain, où l'armée a engrangé succès après succès face aux rebelles soutenus notamment par l'Arabie saoudite, M. Halaqi a dit s'attendre à une "victoire historique" du régime.

L'armée a pu bénéficier du soutien des combattants du Hezbollah chiite libanais et d'officiers iraniens.

rim-rd/ram/cco

PLUS:hp