NOUVELLES

Cuba : début le 3 janvier de la vente de véhicules importés

31/12/2013 11:49 EST | Actualisé 02/03/2014 05:12 EST

Les Cubains pourront commencer le 3 janvier à acheter librement des véhicules importés par l'Etat, selon un décret publié mardi au Journal officiel détaillant les conditions de cette nouvelle mesure de libéralisation du régime communiste.

Les particuliers - Cubains et étrangers résidents à Cuba - "peuvent acquérir dans les entités commerciales (de l'Etat) cyclomoteurs, motocyclettes, automobiles, camionnettes et minibus", affirme le décret, accompagné de plusieurs pages de normes et règles fixant notamment les prix des véhicules importés.

Jusqu'à présent, seuls les milieux diplomatiques, les entreprises étrangères et quelques Cubains bénéficiant de franchises spéciales pouvaient acquérir des véhicules importés, entraînant le vieillissement d'un parc automobile constitué aux deux tiers de voitures américaines des années 50 et russes des années 70 et 80.

L'importation des véhicules à Cuba - qui ne dispose d'aucune unité de production automobile - se fera à travers des entreprises d'Etat qui les vendront, avec une taxe de 20%, à des entreprises de commercialisation.

Celles-ci les revendront avec un surcoût de 8% et un impôt spécial de 10%. Le tout devrait augmenter de l'ordre de 50% le coût du véhicule à l'importation.

Dans ses préambules, le décret publié mardi souligne que "l'expérience de la norme actuelle et la nécessité de l'adapter à la situation économique conseillent d'éliminer les restrictions et permettre l'acquisition de véhicules à des prix de détail conforme à ceux du marché entre particuliers".

En raison de l'étroitesse du marché automobile cubain, le prix des véhicules s'échangeant entre particuliers depuis que ces ventes ont été autorisées en 2011 est particulièrement élevé.

Une simple Lada en bon état de marche coûte environ 12.000 dollars, à peu près l'équivalent d'une Américaine des années 50 qui fait le taxi depuis des décennies. Largement au-delà des moyens de la population dont le salaire mensuel moyen est de 20 dollars.

Le décret souligne également que "compte tenu que le développement des transports en commun est une priorité pour la population, il a été décidé que les revenus additionnels de la vente des véhicules seront destinés à un fonds pour son financement".

La nouvelle loi prévoit également la libre vente de véhicules d'occasion, résultant pour la plus grande part du parc de voitures de location des entreprises d'Etat.

La libéralisation de la vente de véhicules fait partie des mesures que le régime communiste cubain a adoptées depuis trois ans pour rénover son modèle économique, hérité de l'ère soviétique et au bord de la faillite.

cb-jhd/hdz/bir

PLUS:hp