NOUVELLES

Colombie: recours en appel après un non-lieu pour le meurtre d'un journaliste

31/12/2013 11:29 EST | Actualisé 02/03/2014 05:12 EST

Un organisme public a déposé mardi un recours en appel en Colombie contre un non-lieu accordé aux commanditaires présumés du meurtre d'un journaliste dans ce pays considéré comme l'un des plus dangereux au monde pour cette profession.

La "Procuraduria general", organisme de contrôle des fonctionnaires, a demandé la "révocation" cette décision, très controversée, qui avait été prise par un juge de la localité de Pereira, située à 180 km à l'ouest de Bogota.

Le meurtre du journaliste, Orlando Sierra, directeur-adjoint du quotidien régional La Patria, remontait à 2002. A la suite de ce crime, la police avait interpellé quatre suspects, dont un ex-député, Ferney Tapasco.

Principale association de défense de la presse en Colombie, la Fondation pour la liberté de la presse (Flip) avait dénoncé le non-lieu, prononcé en faveur de ces personnes, après dix ans d'instruction, y voyant un "recul de la justice dans les affaires d'assassinats de journalistes".

Le quotidien La Patria avait aussi fustigé dans ses colonnes "un nouveau coup contre le journalisme colombien".

Selon un rapport du Comité pour la protection des journalistes (CPJ), la Colombie est le cinquième pays au monde, et le premier d'Amérique latine, pour le nombre de meurtres impunis de journalistes. Depuis 1992, 41 journalistes y ont été assassinés.

Le pays latino-américain est secoué par un conflit interne qui a mêlé des guérillas communistes, des milices paramilitaires d'extrême droite et des gangs criminels de narcotrafiquants, faisant plusieurs centaines de milliers de victimes en un demi-siècle.

L'ex-député Tapasco, qui était en détention préventive, a déjà purgé dans le passé une peine de prison pour ses liens avec les paramilitaires, des milices officiellement démobilisées depuis 2006 et tenues responsables de nombreux massacres de civils.

lda/pz/bir

PLUS:hp