NOUVELLES

Après Sydney, le monde entre progressivement en 2014

31/12/2013 04:25 EST | Actualisé 02/03/2014 05:12 EST

Dubaï, qui vient d'obtenir l'organisation de l'Exposition universelle de 2020, s'est offert pour le passage à l'an 2014 un gigantesque spectacle pyrotechnique que la cité-Etat veut faire homologuer comme le plus grand du monde.

Burj Khalifa, la tour la plus haute du monde, qui culmine à 828 mètres, s'est illuminée à minuit avec un spectacle qui a duré six minutes.

Au même moment, Burj al-Arab, un hôtel présenté comme le plus luxueux du monde, contribuait à ce spectacle qui a illuminé le ciel.

Puis se sont embrasés Pal Jumeirah, une île artificielle, ainsi que The World, un planisphère au large de la cité-Etat.

Tiré depuis 400 sites de lancement, le feu d'artifice a mobilisé 200 techniciens, mais les autorités n'ont pas précisé le coût du spectacle.

Auparavant, Sydney avait été la première capitale à embraser le ciel dans une débauche d'effets pyrotechniques.

Sept tonnes d'explosifs ont illuminé le ciel de Sydney en d'immenses gerbes multicolores, dont certaines ont été tirées depuis son célèbre opéra pour la première fois depuis plus de dix ans.

Les festivités, auxquelles ont assisté 1,5 million de personnes, ont coûté 6 millions de dollars australiens (3,8 millions d'euros), selon le maire de Sydney. C'est le prix "du plus beau réveillon du Nouvel An dans le monde, dans le plus beau port du monde", a-t-il dit.

Les îles Tonga, dans le Pacifique, ont été parmi les premiers pays à entrer dans la nouvelle année, avec une grande cérémonie de prière.

L'Antarctique a aussi été l'une des premières régions à passer à 2014. Les passagers et l'équipage d'un navire scientifique russe bloqué depuis une semaine par la glace ont célébré l'entrée dans la nouvelle année avec un hymne composé pour l'occasion.

Une vidéo postée sur YouTube montre les membres de l'expédition en train de chanter sur le pont principal de l'Akademik Chokalski cet hymne qui dit "C'est amusant de faire de la science dans l'Antarctique" mais aussi "C'est bien dommage que nous soyons encore bloqués ici".

A Hong Kong, les gratte-ciel de la grande cité ont été illuminés par des feux d'artifice tirés depuis des barges alignées sur un kilomètre dans le détroit de Victoria Harbour, entre l'île de Hong Kong et Kowloon.

Les célébrations ont été plus paisibles au Japon. De petits feux d'artifice ont été tirés à travers le pays. Mais des millions de Japonais se sont rendus dans les temples pour accueillir le Nouvel An dans la contemplation et la prière.

Aux Philippines, les festivités ont été bien plus modestes que les autres années, spécialement dans les zones ravagées par le "super-typhon" Haiyan. A Tacloban, qui a subi les plus fortes dévastations avec près de 8.000 morts et disparus, les autorités ont cependant organisé un feu d'artifice de minuit pour soutenir le moral de la population.

Séoul est entré en 2014 au son d'une cloche de bronze qui date du XVe siècle et salue traditionnellement de 33 coups l'arrivée de la nouvelle année.

A Singapour, la foule s'est massée dans le quartier de la finance pour admirer les feux d'artifice, tandis que des milliers de sphères blanches renfermant les voeux des habitants pour 2014 étaient lâchées au-dessus de Marina Bay.

A Jakarta, douze scènes avaient été installées dans le centre pour célébrer les diverses cultures de l'archipel indonésien. A Banda Aceh, ville du nord-ouest de l'Indonésie qui applique la charia, la police religieuse a saisi des milliers de pétards, après l'interdiction pour la première fois des célébrations du Nouvel An, jugées haram (impures).

Au Cap, un hommage était rendu à Nelson Mandela, décédé le 5 décembre, avec un concert, des feux d'artifice et la projection en 3D sur la façade de la mairie d'une rétrospective de la vie du prix Nobel de la paix.

Dans son message de voeux, le président sud-africain Jacob Zuma s'est engagé à poursuivre l'oeuvre de réconciliation de Mandela. "Nous devons continuer à travailler ensemble en 2014 pour bâtir l'Afrique du Sud de nos rêves", a-t-il lancé.

A New York, un million de fêtards devaient accompagner sur Times Square la traditionnelle descente pendant 60 secondes, jusqu'à minuit, d'une boule de cristal multicolore le long d'un pylône.

A Rio, près de 2,3 millions de personnes, dont un tiers de touristes, devaient assister sur la plage de Copacabana, aux feux d'artifice et concerts en plein air.

En Arabie saoudite, la police religieuse a prohibé toute célébration dans ce royaume ultra-conservateur qui applique une version rigoriste de l'islam et suit le calendrier de l'hégire.

De grandes festivités étaient en revanche attendues sur la Place Rouge à Moscou, à la porte de Brandebourg à Berlin et dans le centre de Londres pour les douze coups de Big Ben.

A Paris, la Saint-Sylvestre était sous haute surveillance avec près de 9.000 policiers, gendarmes, pompiers et militaires mobilisés. Des milliers de touristes affluaient sur les Champs-Elysées où étaient attendues plus de 300.000 personnes.

bp/gab/abk/jh/plh/mr/sym

PLUS:hp