NOUVELLES

Le pétrole ouvre en baisse à New York et repasse sous les 100 dollars

30/12/2013 09:25 EST | Actualisé 01/03/2014 05:12 EST

Le prix du baril de pétrole new-yorkais reculait légèrement à l'ouverture vendredi, dans un marché tentant notamment d'évaluer l'effet sur la consommation énergétique des vagues de froid successives qui frappent les Etats-Unis depuis le début de l'hiver.

Vers 14H10 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars cédait 52 cents, à 99,83 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Alors que la neige continue de tomber sur plusieurs zones de la côte est des Etats-Unis, les acteurs du marché "essaient de déterminer l'impact que va avoir cette nouvelle tempête hivernale", commentait Phil Flynn de Price Futures Group.

"Les températures glaciales ont bien sûr des effets sur la production de pétrole et son transport, et elles font augmenter la demande en fioul de chauffage", expliquait-il. Mais "en même temps, de nombreux vols sont annulés, les gens, coincés chez eux, ne conduisent pas, etc."

Les annonces jeudi d'une hausse plus forte que prévu des demandes d'allocations chômage la semaine dernière et surtout d'un recul surprise des ventes au détail en janvier, deux éléments peu favorables aux perspectives de consommation d'or noir dans le pays, ont d'ailleurs été imputées en partie aux mauvaises conditions météorologiques.

Le repli du prix du baril de WTI restait toutefois limité par le recul du dollar. Un billet vert moins fort rend en effet plus attractifs les achats de brut libellés en monnaie américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.

Par ailleurs, la demande mondiale d'or noir reste robuste, selon le dernier rapport de l'Agence internationale de l'Energie (AIE): l'organisation basée à Paris a mis en avant jeudi le fait que les stocks commerciaux des pays développés étaient au plus bas depuis six ans fin 2013, et ont affiché lors du quatrième trimestre leur plus forte baisse depuis 1999.

Mais de façon générale, après une journée marquée par l'absence de nombreux courtiers en raison de la neige et à la veille d'une week-end prolongé aux Etats-Unis, lundi y étant férié, plusieurs analystes prévoyaient une séance sans grand élan.

jum/sl/sam

PLUS:hp