NOUVELLES

La Somalie évacue ses ressortissants, prisonniers du conflit au Sud Soudan

30/12/2013 12:19 EST | Actualisé 01/03/2014 05:12 EST

La Somalie, déchirée par une guerre civile, a rapatrié lundi 130 ressortissants du Soudan du Sud qui, comme des milliers d'étrangers, ont fui les violences qui ont éclaté dans le plus jeune pays du monde.

Les pays occidentaux, dont les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, ont évacué leurs ressortissants par vols militaires après le début des combats au Soudan du Sud il y a deux semaines.

Les pays voisins comme le Kenya et l'Ouganda ont également organisé des ponts aériens, mais l'évacuation organisée par la Somalie donne une nouvelle image à ce pays de la corne africaine longtemps plongé dans le chaos.

"Ce sont les premiers rapatriés sur les 335 citoyens somaliens bloqués par le conflit au Soudan du Sud", a déclaré à l'AFP le ministre des Affaires étrangères somalien, Ali Abdi Ali.

Beaucoup ont été pris au piège à Bor lorsque les rebelles se sont emparés de la ville, avant qu'elle ne soit reprise par les troupes gouvernementales la semaine dernière, a précisé le ministre, ajoutant que le gouvernement de Mogadiscio finançait le coût du transport aérien d'urgence.

Mogadiscio a longtemps été considérée comme l'une des villes les plus dangereuses au monde.

La Somalie est déchirée par une guerre civile depuis 1991, mais le gouvernement au pouvoir depuis l'an dernier est le premier à être reconnu sur la scène internationale depuis le début du conflit.

"Nous sommes très reconnaissants envers notre gouvernement pour ses efforts pour nous ramener à la maison en toute sécurité. Nous ne savons pas dans quelle situation nous aurions été si nous n'avions pas été évacués", a déclaré Mohamed Adam à son retour à Mogadiscio.

"J'étais bloqué dans une maison à Bor et trouver de la nourriture, même des aliments de base, était très difficile", a-t-il témoigné.

De nombreux Somaliens ont installé des commerces ou travaillent comme ouvriers au Soudan du Sud.

La communauté internationale a fait des efforts pour arrêter la spirale de la violence dans laquelle le Soudan du Sud est plongé et tenté d'éviter une guerre civile, mais de violents combats ont été signalés dans les régions stratégiques productrices de pétrole, accompagnés de massacres, viols et meurtres.

nur-pjm/cld/sba

PLUS:hp