NOUVELLES

Bahreïn annonce la saisie d'explosifs fabriqués en Iran et en Syrie

30/12/2013 08:08 EST | Actualisé 01/03/2014 05:12 EST

Les autorités de Bahreïn, petit royaume du Golfe secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par des chiites, a annoncé lundi la saisie d'explosifs fabriqués en Iran et en Syrie.

"Cinquante grenades fabriquées en Iran" et "295 courts-circuits reliés à des détonateurs fabriqués en Syrie" ont été saisis à bord de deux embarcations interceptées à 3,7 km des côtes, a indiqué le chef de la sécurité publique, le général Tarek al-Hassan, dans un communiqué publié par l'agence officielle Bna.

Des dizaines d'engins explosifs à base de C4 et de TNT ont été également saisis, selon la même source.

Les forces de sécurité ont également découvert une cache d'explosifs dans un village à l'extérieur de Manama, désamorcé une voiture piégée et arrêté 13 personnes recherchées, dont un ressortissant saoudien, qui tentaient de fuir le pays à bord d'un bateau, selon le général Hassan.

Bahreïn, dirigé par une dynastie sunnite, est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par les chiites et que les voisins sunnites de Bahreïn accusent l'Iran d'encourager en sous-main.

Selon la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), 89 personnes ont été tuées à Bahreïn depuis le début de la contestation.

Dans le même temps, des dizaines de chiites ont été condamnés à de lourdes peines pour des attaques contre la police à l'aide d'engins explosifs de fabrication artisanale.

Face à la persistance de ce mouvement, le pouvoir a alourdi cet été les peines pour les auteurs de violences et introduit la peine de mort ou la prison à perpétuité en cas de morts ou de blessés. Les autorités ont également interdit les manifestations à Manama.

bur/ak/mh/faa/fcc

PLUS:hp