NOUVELLES

Schumacher: traumatisme crânien grave mais pronostic vital pas engagé

29/12/2013 02:25 EST | Actualisé 28/02/2014 05:12 EST

L'ancien pilote automobile de F1 Michael Schumacher, hospitalisé dimanche à Grenoble après un accident de ski dans les Alpes françaises, "souffre d'un traumatisme crânien grave mais son pronostic vital n'est pas engagé", selon la station de Méribel où s'est produit l'accident.

Les gendarmes de la station de Courchevel, qui sont intervenus dimanche matin lors de l'accident du pilote allemand, ont également indiqué à l'AFP que celui-ci souffrait d'un "traumatisme crânien sévère".

"Michael Schumacher souffre d'un traumatisme crânien mais son pronostic vital n'est pas engagé", a assuré la station de Méribel dans un communiqué en fin d'après-midi.

"Il est toujours au Centre hospitalier universitaire (CHU), les examens sont en cours", a-t-elle ajouté précisant qu'"aucune information ne sera donnée sur son état de santé".

Sans pouvoir donner davantage de détails, le directeur de la station de Méribel en Savoie, Christophe Gernigon-Lecomte, a indiqué qu'un neurologue parisien, le docteur Gérard Saillant était arrivé dans l'après-midi au chevet du champion.

Le professeur, ancien chef de service orthopédique et traumatologique de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, qui dirige aujourd'hui l'Institut du cerveau, est arrivé à l'hôpital dans une voiture de la gendarmerie.

De son côté, la direction du CHU de Grenoble, qui se refuse à donner toute indication sur l'état de santé de l'ancien pilote, a indiqué à l'AFP qu'elle publierait dans la soirée un communiqué commun avec le service de presse de Michael Schumacher, tenu informé de l'évolution de son état de santé.

En fin d'après-midi, quelques admirateurs du champion sont venus devant l'entrée des urgences de l'hôpital, coiffés de casquettes aux couleurs de Ferrari, l'ancienne écurie de l'Allemand Schumi.

L'ex-pilote français Olivier Panis, qui a côtoyé Schumi sur les circuits de 1994 à 2004, est, lui aussi, venu aux nouvelles sur place. Devant les journalistes, le pilote lyonnais a fait part de son "inquiétude" sur l'état de santé de son ami.

jp-tm/gg

PLUS:hp