NOUVELLES

Retour en Pologne d'un baraquement d'Auschwitz prêté aux Etats-Unis il y a 20 ans

29/12/2013 06:29 EST | Actualisé 28/02/2014 05:12 EST

Un baraquement d'origine du camp nazi de la mort nazi d'Auschwitz-Birkenau, prêté aux Etats-Unis il y a plus de 20 ans, est revenu en Pologne, a annoncé dimanche Bartosz Bartyzel, porte-parole du musée d'Auschwitz-Birkenau.

"La cargaison avec le baraquement est arrivée au port de Gdynia", a déclaré le porte-parole sur le site internet du musée.

Le musée d'Auschwitz-Birkenau en Pologne peinait à obtenir du musée de l'Holocauste de Washington le retour de ce baraquement que le musée américain voulait garder pour son exposition permanente.

Il s'agit de la moitié d'un baraquement en bois provenant de la partie Birkenau, principal lieu d'extermination dans ce plus grand camp de la mort installé par l'Allemagne nazie dans le sud de la Pologne pendant la seconde guerre mondiale.

L'autre moitié du baraquement se trouve sur le site de Birkenau. La moitié restituée, qui fut exposée à l'intérieur du musée de Washington, devra subir des travaux de conservation avant de retrouver sa place originale où elle sera de nouveau exposée à des conditions climatiques du sud de la Pologne, avec la neige, la pluie et la canicule de l'été, souligne le musée.

En vertu de la loi polonaise entrée en vigueur après la mise à disposition du baraquement, les pièces de musée prêtées à un musée à l'étranger doivent être restituées à la Pologne après un délai de cinq ans maximum.

Piotr Cywinski, directeur du musée, a souligné que "le respect par la partie américaine de la législation polonaise permettent de bâtir de solides bases de confiance entre les institutions".

"Les pièces de musée d'Auschwitz sont prêtées à différents musées à travers le monde dédiées à l'Holocauste. Les conditions de prêt doivent être respectées justement pour que le musée continue à les prêter", a-t-il déclaré, selon un communiqué de presse.

L'Allemagne nazie a exterminé à Auschwitz-Birkenau environ 1,1 million de personnes, dont un million de juifs de différents pays européens, entre 1940 et le début de 1945. Les autres victimes de ce camp furent surtout des Polonais non-juifs, des Roms et des prisonniers soviétiques.

mc/ia

PLUS:hp