NOUVELLES

Antarctique: mauvaise météo pour le brise-glaces parti secourir un navire russe

29/12/2013 11:49 EST | Actualisé 28/02/2014 05:12 EST

Le brise-glaces australien, parti à la rescousse d'un navire russe piégé par les glaces près de l'Antarctique, était confronté lundi à de mauvaises conditions météorologiques, ce qui pourrait contraindre à l'évacuation par hélitreuillage des passagers.

L'Aurora Australis se trouve à environ 11 milles nautiques du MV Akademik Shokalskiy immobilisé depuis mardi dans la glace, a indiqué l'Autorité australienne de la sécurité maritime (AMSA).

"Il y a de fortes chutes de neige dans la zone, qui réduisent la visibilité. L'Aurora Australis progresse doucement pour la sécurité de l'équipage à bord", a indiqué l'AMSA dans un communiqué.

Pour le moment il n'est pas possible de dire quand ni si le brise-glaces arrivera à bon port, a-t-on précisé de même source.

Le centre de coordination des secours en Australie est en contact régulier avec le navire, qui transporte 74 passagers, parmi lesquels des touristes et des scientifiques.

Partis reproduire l'expédition historique menée dans l'Antarctique il y a un siècle (1911-1914) par l'explorateur australien Sir Douglas Mawson, tous sont en bonne santé.

Deux autres brise-glaces étaient partis à la rescousse du MV Akademik Shokalskiy - le français l'Astrolabe et le chinois Snow Dragon - mais ils ont dû faire demi tour faute de capacité suffisante.

Le MV Akademik Shokalskiy est immobilisé depuis mardi à une centaine de milles nautiques à l'est de la base française Dumont d'Urville.

"Si l'Aurora Australis n'arrive pas à rejoindre l'Akademik Shokalskiy, il est possible que l'on fasse appel à l'hélicoptère, qui se trouve sur le bateau chinois, resté dans la région, pour évacuer les passagers", a indiqué l'AMSA.

"L'Aurora mettra plusieurs heures avant d'atteindre le navire russe. Mais s'il n'y parvient pas, on envisagera alors d'utiliser l'hélicoptère du bateau chinois dès que les conditions météo le permettront", a déclaré sur ABC Lisa Martin, porte-parole de l'AMSA.

Chris Turney, l'un des responsables de l'expédition scientifique, a indiqué dans un tweet que des crevasses étaient apparues dans la glace autour de la proue du bateau, espérant que cela pourrait aider à le libérer.

mfc/bp/pj/cw/gab/emb

PLUS:hp