NOUVELLES

Al-Qaïda n'aurait pas attaqué le consulat américain à Benghazi

29/12/2013 03:27 EST | Actualisé 28/02/2014 05:12 EST
AP
A burnt car is seen after an attack on the U.S. Consulate by protesters angry over a film that ridiculed Islam's Prophet Muhammad in Benghazi, Libya, Wednesday, Sept. 12, 2012. The U.S. ambassador to Libya and three other Americans were killed. (AP Photo/Ibrahim Alaguri)

Le groupe Al-Qaïda ne serait pas à l'origine de l'attaque du consulat américain à Benghazi, en Libye, selon le New York Times. Cette attaque a coûté la vie à quatre Américains, dont l'ambassadeur Chris Stevens, le 11 septembre 2012.

Le quotidien affirme qu'il n'y a « aucune preuve qu'Al-Qaïda ou d'autres groupes internationaux ont joué un rôle dans l'assaut ».

« L'attaque a été menée, au contraire, par des combattants qui avaient bénéficié directement de la logistique et de l'importante puissance aérienne de l'OTAN durant l'insurrection » qui a mis fin au régime de Mouammar Kadhafi, ajoute le quotidien. L'ancien dictateur libyen est mort en octobre 2011.

Des journalistes du New York Times ont enquêté plusieurs mois à Benghazi, où ils ont notamment rencontré des témoins ayant une « connaissance directe » de l'attaque.
Ils concluent que l'assaut « ne semble pas avoir été planifié méticuleusement, mais il n'était pas non plus spontané et sans avertissements préalables. »

Selon le journal, des responsables américains, au fait d'une enquête criminelle américaine sur les quatre meurtres, auraient cité un chef rebelle local, Ahmed Abu Khattala, comme un « suspect important ».

Le journal n'a pas pu déterminer où se trouvait Ahmed Abu Khattala le jour avant l'attaque, ni son rôle dans sa planification. Il cite toutefois des témoins qui auraient vu M. Abu Khattala jouer un rôle important lors de l'assaut. Certains témoins affirment même l'avoir aperçu à l'intérieur de la mission américaine.

En entrevue au New York Times, Ahmed Abu Khattala a toutefois nié toute participation dans l'attaque et tout lien avec Al-Qaïda, même s'il ne cache pas son admiration pour le réseau terroriste.

Le journal ajoute que « contrairement aux déclarations de certains membres du Congrès », l'attaque meurtrière a été provoquée « en grande partie par la colère contre un film fait aux États-Unis qui dénigre l'islam ». Le film L'innocence des musulmans avaient provoqué la colère et un grand mouvement de protestation dans les pays musulmans en septembre 2012.

Les révélations du New York Times pourraient causer des remous à Washington. L'administration de Barack Obama a été accusée d'avoir tenté de couvrir ce qui s'était réellement passé dans la ville libyenne. Washington a toujours réfuté ces accusations.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les mouvements islamistes en Afrique