NOUVELLES

Yémen: 19 morts dans des tirs d'obus de l'armée (nouveau bilan)

28/12/2013 04:45 EST | Actualisé 26/02/2014 05:12 EST

Dix-neuf personnes, dont quatre enfants, ont été tuées et 23 autres blessées dans les tirs d'obus de l'armée vendredi contre des funérailles dans le sud du Yémen, selon un nouveau bilan annoncé samedi de sources médicales.

Un premier bilan fourni après l'attaque par une source médicale et des témoins, faisait état de 13 morts, dont trois enfants, et de plus de 20 blessés.

"Au total, six centres de santé ont réceptionné 19 cadavres, dont ceux de quatre enfants, et accueilli 23 blessés", a déclaré samedi l'une des sources médicales de la ville de Daleh, lieu de l'attaque.

Certains des blessés sont dans un état grave, a-t-elle ajouté.

Des activistes du Mouvement sudiste, qui demande l'autonomie du sud qui était un Etat indépendant avant 1990, ont accusé l'armée d'avoir utilisé deux chars pour tirer contre une tente funéraire dressée à Daleh, à 300 km au sud de Sanaa.

La tente avait été dressée pour les funérailles d'un homme tué dans des combats lundi avec des forces de l'ordre.

Ces combats ont éclaté lorsque des autonomistes de la tendance dure ont tenté d'attaquer le siège de la province de Daleh pour y déployer le drapeau de l'ancienne république du Yémen du sud.

Les militants de cette tendance conduite par Hassan Baoum ont dénoncé samedi, dans un communiqué, "un massacre commis par les forces de l'occupation", en référence aux forces nordistes.

Ils ont appelé à "armer la population du sud pour faire face aux projets génocidaires des nordistes".

La faction du Mouvement sudiste de M. Baoum a boycotté le dialogue national organisé à Sanaa et visant à créer un consensus sur la nature du futur Etat yéménite.

Les participants au dialogue national ont signé lundi un document prévoyant une "solution juste" de la question du Sud, qui retardait jusqu'ici la conclusion de ces assises nationales.

Cependant, une faction du parti Congrès populaire général (CPG), fidèle à l'ancien président Ali Abdallah Saleh, le Parti socialiste yéménite (PSY) et le parti nassérien (nationaliste arabe) ont rejeté cet accord.

L'accord charge le président Abd Rabbo Mansour Hadi de former une commission pour déterminer le nombre d'entités ou régions du prochain Etat fédéral. Cette commission aura le choix entre former deux régions dans le sud et quatre dans le nord, ou deux grandes régions (Nord et Sud), ou peut choisir toute autre option qui ferait l'objet d'un consensus national, précise le document.

faw/mh/vl

PLUS:hp