NOUVELLES

Crise en Thaïlande: des hommes armés abattent un militant anti-gouvernemental

28/12/2013 10:45 EST | Actualisé 27/02/2014 05:12 EST

BANGKOK - Des hommes armés ont abattu un militant anti-gouvernemental et en ont blessé deux autres à Bangkok, samedi, alors que des manifestants ont empêché des candidats de s'inscrire en prévision des prochaines élections, deux incidents qui risquent d'aggraver la crise qui secoue présentement la Thaïlande.

L'inscription pour le scrutin du 2 février a été annulée dans 4 des 76 provinces thaïlandaises. Ces quatre provinces sont situées dans le sud du pays, où les contestataires qui tentent de renverser la première ministre Yingluck Shinawatra bénéficient d'un large soutien.

Ces événements surviennent après que le puissant chef de l'armée thaïlandaise eut déclaré, vendredi, qu'il n'écartait pas la possibilité d'un coup d'État dans la nation, qui est un allié important des États-Unis, la deuxième plus grande économie de l'Asie du Sud-Est et une destination touristique populaire.

L'animosité entre les deux factions politiques de la Thaïlande a connu un regain à la fin du mois de novembre à la suite de la tentative du gouvernement démocratiquement élu de Mme Shinawatra pour faire adopter au Parlement un projet de loi d'amnistie qui aurait permis au frère de la première ministre, Thaksin, de revenir d'exil et d'échapper à une peine d'emprisonnement pour corruption.

Ancien policier, Thaksin Shinawatra a été premier ministre de la Thaïlande pendant six ans avant d'être chassé du pouvoir par un coup d'État en 2006. Même s'il vit à l'extérieur depuis 2008, il continue d'exercer une certaine influence sur le pays. Les manifestants accusent d'ailleurs Yingluck d'être à la solde de son frère.

Afin de mettre un terme au conflit, la première ministre a déclenché des élections anticipées. Les contestataires exigent toutefois qu'elle démissionne et remette le pouvoir à un conseil non élu chargé d'effectuer des réformes. Ils essaient de faire capoter le processus électoral, qui devrait, selon plusieurs observateurs, permettre à Mme Shinawatra d'obtenir un second mandat en raison des forts appuis dont elle jouit dans le nord et le nord-est de la Thaïlande.

PLUS:pc