NOUVELLES

Selon des jihadistes, le Hezbollah a menti sur la mort d'un de ses responsables

27/12/2013 11:50 EST | Actualisé 26/02/2014 05:12 EST

Un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda a affirmé qu'un responsable du Hezbollah dont l'assassinat avait été annoncé le 4 décembre avait en fait été tué dans l'attentat contre l'ambassade d'Iran le 19 novembre à Beyrouth.

Le Hezbollah avait annoncé la mort d'Hassan Lakiss près de Beyrouth et accusé Israël de l'avoir assassiné.

Dans un message vidéo publié tard jeudi, un responsable des brigades d'Abdallah Azzam affirme également que son mouvement prévoit de nouvelles opérations contre le Hezbollah au Liban, en représailles à son soutien actif au régime de Bachar al-Assad en Syrie.

"Nous déclarons aux sunnites du Levant et d'ailleurs, et particulièrement au Liban, que le commandant du Hezbollah Hassan Lakiss n'a pas été assassiné par les juifs. Dieu lui-même l'a tué, par le geste des deux martyrs qui ont attaqué l'ambassade iranienne", déclare le Cheikh Sirajeddin Zureikat dans ce message.

Le cheikh fait référence à l'attentat ayant fait 25 morts le 19 novembre contre la représentation iranienne, revendiqué par ses brigades.

La vidéo a été publiée sur la page YouTube de ce cheikh radical et partagée sur les forums jihadistes. Il y affirme que les attaques ont été menées en représailles aux "crimes" commis par l'Iran contre les sunnites en Syrie et par leur allié libanais le Hezbollah.

Iran et Hezbollah soutiennent Damas, tandis que de nombreux groupes sunnites liés à Al-Qaïda ont rejoint les rebelles qui cherchent à faire tomber le régime de Bachar al-Assad.

"Nos opérations s'arrêteront au Liban uniquement à deux conditions: premièrement, le Hezbollah doit retirer ses troupes de Syrie, et deuxièmement, les jeunes sunnites doivent être libérés des prisons libanaises", affirme enfin le cheikh.

rd/ser/cbo/fcc

PLUS:hp