NOUVELLES

Pakistan: le gouvernement propose de rapatrier la mère souffrante de Musharraf

27/12/2013 06:16 EST | Actualisé 26/02/2014 05:12 EST

Le gouvernement pakistanais a proposé vendredi de rapatrier la mère souffrante de l'ancien président Pervez Musharraf afin qu'elle puisse vivre au Pakistan avec son fils interdit de séjour à l'étranger en raison de ses démêlés avec la justice.

Le "Général Musharraf", rentré au pays en mars après quatre années d'exil, avait été rapidement assigné à résidence pour son rôle présumé dans de nombreuses affaires dont le meurtre de son ancienne rivale Benazir Bhutto.

L'ancien président, aujourd'hui âgé de 70 ans, a obtenu sa libération sous caution le mois dernier mais ne peut voyager à l'étranger car son nom figure toujours sur une liste noire de personnes interdites de quitter le pays.

Au cours des dernières semaines, ses avocats ont demandé en vain à ce que son nom soit retiré de cette liste afin qu'il puisse rendre au chevet de sa mère malade, à Dubaï, aux Emirats arabes unis.

Le gouvernement pakistanais a plutôt proposé vendredi de rapatrier d'urgence la mère de l'ancien général car ce dernier ne pouvait se rendre à Dubaï.

"Afin de remplir son devoir envers l'humanité, le Premier ministre du Pakistan est prêt à envoyer un avion spécial ou une ambulance afin de rapatrier la mère (de Pervez Musharraf) pour qu'elle puisse vivre avec son fils et recevoir ses traitements médicaux ici", a indiqué le gouvernement dans un communiqué.

Le Pakistan offrira "tous les soins nécessaires" à la mère de l'ancien président qui doit comparaître le 1er janvier devant un tribunal spécial mis sur pied par le gouvernement afin de le juger pour "haute trahison", un crime passible de la peine de mort, pour avoir imposé l'état d'urgence en 2007.

"Le système judiciaire du Pakistan, qui est indépendant, décidera du sort de M. Musharraf", a affirmé le porte-parole du gouvernement, alors que le clan de l'ex-président dénonce une "vendetta personnelle" du Premier ministre Sharif contre l'ancien dirigeant militaire.

Renversé en 1999 par le coup d'Etat de Pervez Musharraf, Nawaz Sharif est revenu aux affaires en juin dernier après sa victoire aux législatives.

gl/fw

PLUS:hp