NOUVELLES

Nigeria: le chef de Boko Haram revendique une attaque contre l'armée (vidéo)

27/12/2013 08:50 EST | Actualisé 26/02/2014 05:12 EST

Le chef du groupe islamiste Boko Haram, Abubakar Shekau, a revendiqué une attaque menée contre des installations militaires le 20 décembre dans le nord-est du Nigeria, dans une vidéo obtenue vendredi par l'AFP.

Des membres de Boko Haram avaient pris d'assaut un camp militaire à Bama en tirant sur les soldats avant de mettre le feu au campement. Des témoins ont déclaré que les hommes armés ont enlevé des soldats, des femmes et des enfants.

"Nos combattants ont pris d'assaut les casernes de Bama", déclare Shekau dans la vidéo qui le montre assis sur une natte, entouré par un groupe d'hommes armés.

Donné pour mort par les autorités nigérianes en 2009 puis en août 2013, le chef rebelle, qui a pris la tête de Boko Haram il y a plus de trois ans, est à chaque fois réapparu dans des vidéos.

"C'est une victoire d'Allah", déclare Shekau, qui revendique la destruction de "21 blindés" et le meurtre d'une "multitude" de personnes dans l'attaque.

L'armée n'a pas publié de bilan officiel des victimes de cette attaque.

Quant aux agences de secours, leur travail a été fortement entravé depuis que l'état d'urgence a été instauré dans le nord-est du pays en mai.

Un porte-parole de l'armée avait néanmoins déclaré que plus de 50 "terroristes" avaient été tués lorsque les forces d'infanterie et les avions de l'armée avaient poursuivi les combattants en fuite après l'attaque.

Des civils ont aussi été tués et quatre villages détruits pendant la riposte de l'armée, selon le témoignage des habitants recueilli par l'AFP.

Le bilan de l'insurrection lancée par Boko Haram depuis 2009, ainsi que de sa féroce répression par les forces de sécurité nigérianes, est estimé à plusieurs milliers de morts.

Une offensive militaire de grande ampleur a été lancée en mai par le gouvernement pour écraser l'insurrection islamiste. Bama est devenu l'un des points chauds dans la lutte entre Boko Haram et l'armée. C'est dans cette ville qu'a eu lieu en juin la plus importante attaque des rebelles islamistes contre l'armée.

Abubakar Shekau a été déclaré en mars "terroriste international" par Washington, qui offre une prime de sept millions de dollars pour sa capture. Le Nigeria a offert 50 millions de naira (300.000 dollars) en échange d'informations permettant son arrestation.

Dans la vidéo, Shekau semble se moquer de la possibilité d'être trahi par un de ses fidèles en échange d'une récompense.

"Que sont 50 millions de naira? Nous ne vénérons pas l'argent," déclare-t-il.

abu-bs/afp/de

PLUS:hp