NOUVELLES

Les Pussy Riot veulent toujours chasser Vladimir Poutine

27/12/2013 01:53 EST | Actualisé 25/02/2014 05:12 EST

Après près de deux années passées en prison pour avoir interprété une « prière punk » dans la principale cathédrale de Moscou, les deux membres du groupe russe Pussy Riot ont affirmé vendredi qu'elles espéraient toujours chasser du pouvoir le président Vladimir Poutine.

Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina n'ont cependant pas précisé comment elles comptaient s'y prendre.

Les deux jeunes femmes font partie du groupe punk qui a livré, en mars 2012, une performance non autorisée dans la cathédrale du Christ Saint-Sauveur à Moscou, criant notamment « Marie mère de Dieu, chasse Poutine! » alors que le président Poutine était sur le point de se faire réélire pour un troisième mandat à la tête de la Russie.

Le trio a été reconnu coupable de « hooliganisme motivé par la haine de la religion ». Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina ont été libérées cette semaine après avoir ont reçu l'amnistie présidentielle. La troisième membre du groupe, Ekaterina Samoutsevich, a été libérée en vertu d'une peine suspendue l'an dernier.

Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina ont atterri à Moscou vendredi matin et se sont présentées à une conférence de presse d'une durée d'environ deux heures qui s'est tenue à Moscou vendredi après-midi.

Visiblement nerveuses, elles ont insisté sur le fait que leur libération ne changeait en rien ce qu'elles pensaient du président russe et du système gouvernemental qu'il a mis sur pied.

« Nous voulons toujours faire ce que nous avons dit lors de notre dernière performance : le chasser », a lancé Mme Tolokonnikova en faisant référence aux paroles de la « prière » prononcée à l'intérieur du lieu de culte.

Elle a ajouté que « la chose la plus effrayante dans la Russie de Vladimir Poutine était l'impossibilité de parler et d'être entendu » avant de suggérer que l'ancien magnat russe du pétrole Mikhaïl Khodorkovski - qui a lui aussi obtenu la grâce présidentielle ce mois-ci après avoir passé une dizaine d'années en prison - ferait un meilleur président.

Les deux anciennes détenues ont esquivé la plupart des questions portant sur leur projet de mettre sur pied une organisation visant à venir en aide aux prisonniers russes, mais Nadejda Tolokonnikova a signalé que le leader de l'opposition en Russie, Alexeï Navalny, aiderait à amasser des fonds pour ladite organisation.

Les militantes ont écarté l'idée de présenter des spectacles en Russie ou à l'étranger, plaidant que le militantisme était beaucoup plus important à leurs yeux. « Nous n'offrirons pas des spectacles, a lancé Mme Alekhina. Nous ne sommes tout simplement pas intéressées. »

À leur sortie de prison, les deux femmes ont dit que leur pardon et leur libération étaient un coup de publicité du Kremlin en prévision des Olympiques.

Mme Tolokonnikova a réitéré vendredi son appel au boycottage des Jeux olympiques de Sotchi, en février, soulignant que le fait de se présenter à l'événement serait un geste « politique en soutien à ce que Poutine fait ».

PLUS:rc