NOUVELLES

Le pétrole dépasse la barre des 100 dollars grâce au recul des stocks

27/12/2013 03:08 EST | Actualisé 26/02/2014 05:12 EST

Le prix du pétrole coté à New York a dépassé la barre symbolique des 100 dollars vendredi grâce notamment à l'annonce d'un recul plus fort que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en février a clôturé en hausse de 77 cents à 100,32 dollars.

C'est la première fois depuis le 18 octobre que le baril clôture au dessus des 100 dollars à New York.

Selon le rapport hebdomadaire du département américain à l'Énergie (DoE), les réserves de brut ont reculé de 4,7 millions de barils lors de la semaine achevée le 20 décembre, alors que les analystes tablaient en moyenne sur une baisse de 2,2 millions de barils.

Elles avaient déjà reculé de plus de 19 millions de barils au cours des trois semaines précédentes.

Un repli des réserves pétrolières aux États-Unis est habituellement bien reçu par les investisseurs, car interprété comme un signe de vigueur de la demande énergétique du premier consommateur mondial d'or noir.

D'ailleurs sur les quatre semaines allant jusqu'au 20 décembre, les États-Unis ont consommé en moyenne 20,0 millions de barils de produits pétroliers par jour, soit 5,3% de plus qu'à la même période en 2012.

Les stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) ont, eux, diminué de 1,9 million de barils, soit bien plus que la baisse de 300.000 barils prévue par les analystes.

Les réserves d'essence ont de leur côté enregistré une baisse de 600.000 barils, surprenant les experts qui anticipaient en moyenne une progression de 1 million de barils.

Pour Tim Evans de Citi, les chiffres des autorités américaines étaient "positifs pour les prix à tous les niveaux".

Le marché est aussi resté attentif à la situation au Soudan du Sud, important pays exportateur de brut et déchiré depuis le 15 décembre entre partisans du président Salva Kiir et de son ancien vice-président, Riek Machar, accusé de tentative de coup d'État.

Le gouvernement sud-soudanais s'est dit vendredi prêt à un "cessez-le-feu immédiat" mais sur le terrain les combats, qui frappent au moins la moitié des dix Etats sud-soudanais, se poursuivaient.

jum/soe/gde

PLUS:hp