NOUVELLES

Le gouvernement sud-soudanais accepte de cesser les hostilités, selon l'IGAD

27/12/2013 04:16 EST | Actualisé 25/02/2014 05:12 EST

NAIROBI, Kenya - Le gouvernement du Soudan du Sud a accepté de mettre fin aux combats, a annoncé, vendredi, une organisation regroupant des pays de l'Afrique de l'Est.

Dans un communiqué, l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) a affirmé être heureuse que le gouvernement sud-soudanais se soit engagé à cesser immédiatement les hostilités.

Elle a exhorté Riek Machar, l'ancien vice-président du pays qui est accusé de comploter pour renverser le président Salva Kiir, à faire la même promesse.

L'IGAD a ajouté qu'elle s'opposait à un changement de garde brutal à la tête du Soudan du Sud et a invité les deux camps à amorcer des pourparlers de paix avant la fin de 2013.

L'organisation, qui est basée au Djibouti et réunissant sept pays de l'Afrique de l'Est, a fait cette déclaration au terme d'une réunion spéciale au Kenya sur la situation au Soudan du Sud.

Par ailleurs, les Nations unies (ONU) ont révélé, vendredi, que les violences des dernières semaines avaient provoqué le déplacement de plus de 120 000 personnes au Soudan du Sud.

Environ la moitié d'entre elles séjournent présentement dans des abris de fortune fournis par l'ONU.

Lors du début de la violence, le 15 décembre, les déplacés chassés de chez eux provenaient principalement de la capitale, Djouba, mais au cours des derniers jours, des affrontements ayant éclaté dans plusieurs autres régions du petit pays africain ont forcé le déplacement de milliers d'autres civils.

Jeudi, en vidéoconférence depuis Djouba, la représentante spéciale des Nations unies pour le Soudan du Sud, Hilde Johnson, avait précisé que plus de 1000 personnes avaient été tuées dans des combats durant les 11 derniers jours.

Le montant de l'aide requise pour sauver des vies, selon l'ONU, s'élève maintenant à 166 millions $. L'organisme réclame des leaders politiques du Soudan du Sud de reprendre les négociations afin que cesse le bain de sang.

Le Soudan du Sud s'est séparé pacifiquement du Soudan en 2011 à la suite d'un traité de paix signé en 2005 et au terme de plusieurs décennies de guerre. Toutefois, quelques groupes rebelles armés y subsistent, ce qui entraîne régulièrement des affrontements tribaux qui font chaque fois des centaines de morts.

PLUS:pc