DIVERTISSEMENT
27/12/2013 04:00 EST | Actualisé 27/12/2013 04:00 EST

«Infoman 2013» : Jean-René Dufort, génie du «tout croche»

Courtoisie

Le 2 décembre dernier, Jean-René Dufort et son équipe n’avaient tourné qu’un segment de deux minutes de leur revue de fin d’année. Pire encore, l’animateur ignorait presque totalement ce qui remplirait les 60 minutes de son émission spéciale de la veille du Jour de l’An, qui précède le Bye Bye dans la grille-horaire.

À chaque mois de décembre, depuis 13 ans, les troupes d’Infoman accomplissent de petits miracles et bricolent en un temps record leur traditionnel rendez-vous humoristique décapant, en réutilisant ou en actualisant des reportages conçus dans l’année et en pondant de nouvelles capsules. Ils écrivent, effacent, enregistrent, recommencent, expérimentent et s’adonnent à des séances d’essais-erreurs jusqu’au matin du 24 décembre, leur jour de tombée. Au grand dam des patrons d’Ici Radio-Canada Télé qui, autour du 15 décembre, s’impatientent et voudraient bien voir les images qui seront en ondes deux semaines plus tard…

«À Infoman, on a un seul génie : le génie du “tout croche”!, s’esclaffe Jean-René Dufort. On peut vivre dans une quantité incroyable de “tout croche”. Dans notre bureau, il y a trois tonnes de cassettes. On lance mille pistes, et on ne sait pas lesquelles vont aboutir ou pas. Tout bouge sans arrêt. Les choses atterrissent vraiment à la dernière minute.»

À titre d’exemple, l’homme affirme en rigolant avoir demandé une entrevue avec le pape, mais s’être buté à un refus. «Le pape ne sera pas dans le show, il va falloir refaire nos affaires», s’amuse-t-il. De toutes les personnalités approchées en vue d’une éventuelle participation à Infoman 2013, environ 80% n’avaient pas encore donné de réponse au début décembre. Jean-René Dufort et ses collègues doivent donc constamment composer avec des «si» et des «peut-être», et prévoir des plans B au cas où un invité souhaité refuse de jouer le jeu ou si une idée ne peut être réalisée pour une raison ou une autre.

«Mais on est bien niaiseux, et on vit bien dans ce bordel-là, soutient Jean-René. Au moment du visionnement avec les patrons, j’ai une fricassée d’une heure vingt; au total, à la télévision, on garde 44 minutes. Deux jours avant, il peut y avoir des trucs dans l’émission qui, à la diffusion, ne seront même pas là. Notre faiblesse, c’est de ne pas avoir autant de budget et de possibilités que le Bye Bye mais, à l’inverse, on est très mobiles, on peut être partout sur le terrain, on est niaiseux et on sait que tout peut arriver, à tout moment.»

Ce défi que relève annuellement la micro-équipe d’Infoman – composée de sept ou huit personnes, tout au plus - est d’autant plus impressionnant qu’aucun effectif supplémentaire n’est déployé pour cette édition spéciale. La petite bande qui œuvre à la mise en boîte de la demi-heure hebdomadaire est exactement la même qui façonne le survol des 12 derniers mois.

«On pourrait exposer au Salon des métiers d’art dans un kiosque “Comment faire de la télé”, badine encore Jean-René Dufort. Mais moi, je suis issu de ça, c’a été mon école. À La fin du monde est à sept heures, quand on voulait présenter un graphique, on prenait du papier construction, un crayon feutre, on le montrait à la caméra et on filmait. Ça me stimule.»

La Charte, une mine d’or

Compte tenu du rythme de travail de notre Infoman et ses amis, impossible de savoir quels sujets seront traités – ou maltraités! - le soir du 31. Évidemment, la tragédie de Lac Mégantic leur a causé bien des maux de tête; impossible de se moquer d’un tel drame. Par contre, la Charte sur les valeurs québécoises leur a offert tout l’automne une quantité infinie de matériel comique.

«Je me promets de remercier Bernard Drainville, souligne Jean-René. Il nous a rempli gratuitement une demi-saison d’Infoman, et on n’a pas fini d’avoir du fun! On veut aussi rester sensibles à des événements qui semblent plus loin dans l’actualité, comme la Syrie. Avec la vitesse à laquelle l’information circule, on a l’impression que c’était en 1983, mais ça ne fait que quelques mois.»

«Avec la revue de l’année d’Infoman, on ne parle que de ce qui nous intéresse, nous. Si on ne trouve rien d’intelligent ou drôle à dire sur un thème qui ne nous inspire pas, on n’y touche pas, et c’est tout. C’est notre propre vision, contrairement au Bye Bye qui fait une revue générale.»

À quelques jours du 31 décembre, Jean-René Dufort profite actuellement d’un repos bien mérité. «Nous, on remet la cassette le 24, et après, on s’en va en burn out», blague le coloré reporter, sourire en coin. La saison régulière d’Infoman reprendra dès la première semaine de janvier, et les membres de la production se transporteront ensuite aux Jeux olympiques de Sotchi, du 8 au 23 février, pour y tourner quelques topos.

Infoman 2013, le mardi 31 décembre, à 22h, à Ici Radio-Canada Télé, et en rediffusion le mercredi 1er janvier, à 20h.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST QUÉBEC

Les articles les plus populaires de 2013 du HuffPost Québec

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.