NOUVELLES

François Hollande condamne le "lâche attentat" perpétré à Beyrouth

27/12/2013 06:08 EST | Actualisé 26/02/2014 05:12 EST

François Hollande a condamné vendredi le "lâche attentat" à la voiture piégée perpétré dans la matinée en centre-ville de Beyrouth, dans lequel un conseiller de l'ancien Premier ministre Saad Hariri, hostile au régime syrien, a été tué.

"Le président de la République condamne le lâche attentat perpétré ce matin dans le centre-ville de Beyrouth qui a fait de nombreuses victimes et causé la mort de l'ancien ministre Mohammed Chatah", écrit l'Elysée dans un communiqué.

La présidence précise que François Hollande "s'est entretenu au téléphone avec le président Sleimane auquel il a réitéré tout son soutien pour préserver la stabilité et la sécurité du Liban."

Le président français "appelle toutes les parties à oeuvrer à la préservation de l'unité du pays", conclut le communiqué de l'Elysée.

L'attentat a tué Mohammad Chatah, ancien ministre des Finances et proche conseiller du sunnite Saad Hariri, chef de la coalition dite du "14-mars", hostile au régime de Bachar al-Assad et son allié le Hezbollah chiite et appuyant l'opposition syrienne, ont rapporté à l'AFP des membres de cette coalition et l'Agence nationale d'information (ANI).

Quatre autres personnes ont été tuées dans l'attentat qui a dévasté une des artères du centre-ville.

Quelque 900 militaires français sont actuellement présents au Liban, dans le cadre de la Finul (Force intérimaire des Nations unies déployée dans le sud du Liban).

bpa/mad/DS/nou/ml

PLUS:hp