NOUVELLES

Cinq personnes meurent de faim dans un camp de Damas assiégé par l'armée

27/12/2013 01:06 EST | Actualisé 26/02/2014 05:12 EST

Cinq personnes sont mortes de faim dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, assiégé par l'armée syrienne à Damas, a rapporté vendredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Théâtre de combats quasi-quotidiens qui ont poussé à la fuite des dizaines de milliers d'habitants, le camp est assiégé depuis un an et l'agence de l'ONU chargée de l'aide aux réfugiés palestiniens (UNWRA) avait lancé un cri d'alarme le 20 décembre.

"Cinq personnes dont un vieil homme, une femme et un homme handicapé sont morts de malnutrition et par manque de traitements nécessaires", a précisé l'OSDH. Ces décès "sont la conséquence du siège imposé par les troupes du régime" de Damas, a insisté l'organisation.

L'UNRWA, qui n'a pu pénétrer dans la zone depuis le mois de septembre pour y délivrer des provisions, a récemment appelé l'armée à lever le siège et l'ensemble des belligérants à laisser les humanitaires accéder au camp.

Les conditions de survie à Yarmouk sont en train d'empirer de façon "dramatique", écrivait l'agence le 20 décembre, estimant qu'environ 20.000 personnes étaient encore bloquées dans le camp.

"Si la situation n'est pas réglée très vite, il sera peut-être trop tard pour sauver les vies de milliers de personnes, dont des enfants", prévenait-elle.

Plusieurs zones rebelles sont assiégées par l'armée, dont Moadamiyet al-Sham, au sud-ouest de la capitale, où plusieurs personnes seraient mortes de malnutrition.

La situation sanitaire avait poussé les rebelles de la ville à annoncer mercredi une trêve entre le régime et le comité local de la ville, à condition que des vivres soient acheminés dans la ville.

Vendredi, aucune nourriture n'était entrée dans la ville mais "toutes les parties respectaient la trêve", selon le comité local.

ser/cbo/fcc

PLUS:hp