NOUVELLES

Syrie: les rebelles font flotter le drapeau gouvernemental en échange de vivres

26/12/2013 11:11 EST | Actualisé 25/02/2014 05:12 EST

BEYROUTH - Les habitants d'une ville contrôlée par les rebelles non loin de Damas ont fait flotter le drapeau utilisé par le gouvernement du président Bachar el-Assad dans l'espoir d'obtenir des denrées alimentaires, ont affirmé jeudi des militants.

Cette entente, qui force les opposants de la ville de Moadamiyeh à encaisser une humiliation symbolique, s'inscrit dans la lignée d'une série d'accords de trêves ponctuelles avec les forces gouvernementales.

Les termes de ce type d'entente, qui suppose également que les rebelles remettent leur artillerie lourde et expulsent les opposants au président contesté, sont inhabituels.

Les résidents estiment qu'il s'agit d'une pilule amère à avaler.

Pendant près d'un an, la communauté située à l'ouest de la capitale syrienne, Damas, a été pilonnée et affamée, entourée par des postes de contrôle du gouvernement qui ne laissent passer ni nourriture, ni eau potable, ni essence.

Les troupes loyales au président Bachar el-Assad les sommaient également d'expulser les rebelles qui auraient pu s'infiltrer dans leur communauté.

Au moins deux femmes et quatre enfants sont morts des suites de maladies liées à la faim, selon des militants.

«Nous sommes envahis par la tristesse, mais nous avons fait flotter le drapeau parce que personne ne nous a aidés, personne ne nous a tendu la main», a affirmé un résident de Moadamiyeh qui a seulement dévoilé son prénom, Ahmad, par crainte de représailles.

«Nous sommes prêts à sauver les vies des enfants (affamés). Il n'y a pas de pain à Moadamiyeh. Pendant trois mois, il n'y a même pas eu un grain de riz», a-t-il poursuivi.

Le drapeau national syrien pouvait être vu à distance, flottant au-dessus d'un réservoir d'eau, selon les images diffusées par une chaîne d'informations du Liban.

PLUS:pc