NOUVELLES

Iran: Bam redeviendra un haut lieu du tourisme d'ici 2016 (responsable)

26/12/2013 10:51 EST | Actualisé 25/02/2014 05:12 EST

La citadelle de Bam, détruite par un séisme en décembre 2003, redeviendra un haut-lieu du tourisme d'ici 2016, a affirmé jeudi un haut responsable culturel iranien, cité par les médias.

"D'ici deux à trois ans, Arg-e Bam (la citadelle de Bam) sera reconstruite de façon à redevenir un centre du tourisme" dans cette région située à mille kilomètres au sud-est de Téhéran, a déclaré le chef de l'Organisation iranienne de l'héritage culturel, Mohammad Ali Najafi, cité par l'agence Fars.

M. Najafi, également vice-président, a visité la citadelle jeudi à l'occasion du 10e anniversaire du tremblement de terre du 26 décembre 2003 qui avait détruit 80% de la ville, tuant entre 26.000 et 32.000 personnes. Le séisme, de 6,3 sur l'échelle de Richter, avait aussi réduit en miettes le plus vaste monument au monde en pisé (mélange de terre argileuse et de paille).

Bam, chef d'oeuvre de l'art pré-islamique dont la construction date de 3.000 ans avant notre ère, accueillait environ un million de visiteurs chaque année avant le séisme.

M. Najafi s'est dit satisfait des travaux débutés en 2004, affirmant que "environ 80% de la reconstruction (de la citadelle) est terminée". Il a salué les soutiens internationaux qui ont participé à la reconstruction de la ville et de la citadelle, assurant que Bam était "le symbole de la coopération internationale pour faire revivre un monument mondial".

La catastrophe avait provoqué une vague internationale de soutien et des avions américains chargés d'aide humanitaire s'étaient posés sur le sol iranien pour la première fois depuis 1980 et la fin des relations diplomatiques entre les deux pays.

Outre cette aide internationale, le gouvernement iranien a alloué des prêts immobiliers aux habitants afin de rebâtir leur logement. Mais, a admis M. Najafi, "beaucoup de gens ont encore des problèmes pour rembourser leurs prêts". Il a promis que le gouvernement "ne les laisserait pas seuls".

Située sur plusieurs failles sismiques importantes, la République islamique d'Iran a connu de nombreux tremblements de terre dévastateurs.

str/cyj/cbo

PLUS:hp