NOUVELLES

Irak: tirs de roquettes contre un camp d'opposants iraniens (opposants)

26/12/2013 03:12 EST | Actualisé 25/02/2014 05:12 EST

Plusieurs dizaines de roquettes ont été tirées jeudi soir contre un camp d'opposants iraniens près de l'aéroport de Bagdad, faisant trois morts et une cinquantaine de blessés, a annoncé le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), dans un communiqué à Paris.

"Vers 21h15 heure locale (18H15 GMT), le camp Liberty a été attaqué par plusieurs dizaines de roquettes de toutes catégories. Trois résidents sont morts des suites de l'attaque", a écrit le CNRI.

Les trois victimes sont membres de l'organisation des Moujahidine du peuple, la principale composante du CNRI, a précisé le mouvement d'opposition en exil iranien.

Plus de cinquante blessés ont été répertoriés.

A Bagdad, des responsables de la sécurité ont indiqué que trois roquettes étaient tombées près de l'aéroport dont les opérations n'ont pas été interrompues.

C'est la quatrième attaque par des tirs roquettes visant le camp Liberty, une ancienne base militaire américaine, en 2013.

Près de 3.000 membres des Moujahidine du peuple iraniens occupent le camp Liberty.

Les Moujahidine du peuple ont été fondés en 1965 avec pour objectif de renverser le régime du Chah, puis le régime islamique. Ils ont été chassés d'Iran dans les années 1980.

La plupart des membres du groupe se sont installés à Achraf, au nord-est de Bagdad, pendant la guerre Iran-Irak (1980-1988), avec le soutien du régime de Saddam Hussein.

Ils ont été désarmés après l'intervention américaine en 2003, et le gouvernement irakien à majorité chiite, qui s'est rapproché de Téhéran, cherche depuis lors à se débarrasser de leur présence, jugée encombrante.

Début septembre, 52 personnes ont été tuées dans le camp d'Achraf, selon les Nations unies, qui précisent que plusieurs d'entre elles ont été abattues alors qu'elles avaient les mains liées dans le dos.

Les Moujahidine du peuple, dont une centaine de membres habitaient le camp d'Achraf, ont accusé une unité spéciale des forces de sécurité irakiennes, dépendant du Premier ministre, d'être responsable de l'attaque. Le gouvernement irakien a mis en place une commission d'enquête et affirme que ses forces se sont défendues après avoir été attaquées.

La violence en Irak a atteint un niveau sans précédent depuis 2008 et plus de 6.700 personnes ont été tuées en Irak depuis le début de l'année selon des statistiques de l'AFP basées sur des sources médicales et de sécurité.

thm/bir/mf

PLUS:hp