NOUVELLES

Une journaliste et militante de l'opposition ukrainienne battue par des inconnus

25/12/2013 04:39 EST | Actualisé 24/02/2014 05:12 EST

KIEV, Ukraine - Une militante et journaliste ukrainienne très connue a été brutalement battue mercredi en périphérie de Kiev, la capitale.

Il s'agit de la plus récente d'une série d'attaques contre des militants et des membres de l'opposition qui ont été perpétrées depuis le début des manifestations réclamant la démission du président Viktor Ianoukovitch et de son cabinet.

Des centaines de journalistes et de militants de l'opposition se sont rassemblés mercredi à l'extérieur des bureaux du ministère de l'Intérieur à Kiev, réclamant la démission du ministre Vitali Zakharchenko à la suite de l'attaque contre la journaliste Tetyana Chernovil.

Des gens brandissaient des photos de Mme Chernovil, qui a été l'une des figures de proue des importantes manifestations qui déferlent dans la capitale ukrainienne depuis plus d'un mois, après que le président Ianoukovitch eut décidé de ne pas signer un accord avec l'Union européenne, choisissant plutôt de resserrer les liens commerciaux avec la Russie.

Tetyana Chernovil, 34 ans, a été attaquée alors qu'elle rentrait chez elle en voiture. Sa voiture a été encerclée par des véhicules utilitaires sport. Elle a été battue par plusieurs hommes en tentant de s'enfuir.

Elle a subi une commotion cérébrale et des fractures au nez et au visage, a rapporté son mari, Mykola Berezovy.

L'attaque est survenue après qu'elle eut publié un article sur une luxueuse demeure qui aurait été construite pour le ministre Zakharchenko.

Le président Ianoukovitch est aussi accusé de s'être illégalement approprié un énorme domaine à l'extérieur de Kiev et d'avoir fait bâtir un complexe digne d'un palais, en ayant recours à la corruption, selon certains. M. Ianoukovitch nie posséder ce domaine et affirme qu'il n'y occupe qu'une petite maison.

Mme Chernovil s'est présentée aux élections législatives l'an dernier sous la bannière de l'opposition, mais elle n'a pas été élue. Elle s'est aussi introduite dans la résidence bien gardée du président dans l'espoir d'exposer au public la corruption qui y règne.

M. Ianoukovitch a déploré l'attaque de mercredi et demandé une enquête.

D'autres militants et organisateurs du soulèvement populaire ont été attaqués au cours des derniers jours. Deux membres d'une organisation de l'opposition ont été arrêtés, un troisième membre a été battu et un quatrième a été visé par des tirs pour avoir refusé de révéler des informations.

PLUS:pc