NOUVELLES

L'Egypte dit avoir déjoué un attentat du Hamas dans le Sinaï

25/12/2013 07:21 EST | Actualisé 24/02/2014 05:12 EST

L'armée égyptienne a affirmé mercredi avoir déjoué une attaque d'un membre du Hamas palestinien dans le Nord-Sinaï, où les attentats se sont multipliés depuis la destitution du président Mohamed Morsi le 3 juillet.

Le Hamas, au pouvoir à Gaza, a rejeté dans un communiqué "des accusations mensongères et totalement infondées", affirmant que "l'individu cité dans ces accusations n'a aucune relation avec le Hamas et ne figure pas dans les registres de l'état-civil de la bande de Gaza", limitrophe du Sinaï,

Dans un communiqué, le porte-parole de l'armée égyptienne, le colonel Ahmed Aly, a indiqué que l'armée avait arrêté "un Palestinien appartenant au Hamas entré illégalement en Egypte" à bord d'une voiture "portant des plaques d'immatriculation du Nord-Sinaï".

Lors de son interrogatoire, "il a avoué qu'il prévoyait de la faire exploser devant un bâtiment stratégique de la sécurité", poursuit le texte.

Les relations entre Le Caire et le Hamas se sont détériorées depuis la destitution par l'armée égyptienne du président Mohamed Morsi, membre des Frères musulmans, dont est issu le mouvement islamiste palestinien.

Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a assuré à maintes reprises que le mouvement palestinien n'était en rien impliqué dans les violences en Egypte et en Syrie, malgré ses affinités avec le courant islamiste.

Mais M. Morsi sera jugé prochainement pour "espionnage" au profit d'organisations étrangères, notamment du Hamas, en vue de commettre des "actes terroristes". Il est également accusé d'avoir bénéficié de l'aide du Hamas pour s'évader de prison lors de la révolte du début 2011.

Sa déposition par l'armée a intensifié une campagne déjà féroce visant le Hamas de la part des médias égyptiens, qui mettent en cause le patriotisme des Frères musulmans en leur reprochant leurs liens avec le mouvement islamiste palestinien, accusé d'ingérence dans les affaires du pays.

De nombreux responsables du Hamas emprisonnés en Egypte avaient profité de l'effondrement du régime Moubarak pour s'enfuir à Gaza.

L'armée égyptienne a lancé au début de l'été une vaste offensive dans la péninsule désertique du Sinaï, affirmant régulièrement avoir arrêté des "terroristes", alors que plus d'une centaine de membres des forces de l'ordre ont péri dans des attaques depuis l'éviction du premier président élu démocratiquement du pays.

En outre, l'armée a détruit des centaines de tunnels de contrebande sous la frontière avec la bande de Gaza, qui approvisionnaient le territoire palestinien en produits alimentaires et matériaux de construction.

sbh-my/sst/sw

PLUS:hp