NOUVELLES

Le gouvernement égyptien désigne les Frères musulmans comme groupe terroriste

25/12/2013 05:44 EST | Actualisé 24/02/2014 05:12 EST

LE CAIRE, Égypte - Le gouvernement intérimaire égyptien soutenu par l'armée a placé mercredi les Frères musulmans sur sa liste de groupes terroristes, ce qui a pour effet de criminaliser toutes les activités, le financement et le fait d'être membre de cette organisation dont était issu le président destitué Mohammed Morsi.

L'annonce représente une inquiétante escalade de l'affrontement entre le gouvernement et la confrérie religieuse, qui organise des manifestations presque tous les jours depuis le coup d'État militaire qui a renversé M. Morsi, le 3 juillet.

Le ministre de l'Enseignement supérieur, Hossam Eissa, a lu une déclaration du cabinet après une longue réunion, annonçant que les Frères musulmans étaient maintenant considérés comme un groupe terroriste.

Le ministre a indiqué que la décision avait été prise en réponse à l'attentat meurtrier de mardi contre un poste de police du delta du Nil, qui a fait 16 morts et plus de 100 blessés.

Les Frères musulmans ont nié toute responsabilité dans l'attaque à Mansoura, qui a été revendiquée mercredi par un groupe extrémiste inspiré d'Al-Qaïda.

Dans son discours, M. Eissa a accusé les Frères musulmans d'être responsables de l'attentat, mais n'a fourni aucune preuve pour appuyer ses allégations.

Les Frères musulmans, une organisation créée en 1928, ont officiellement renoncé à la violence à la fin des années 1970.

Ibrahim Elsayed, membre de la branche politique des Frères musulmans, le parti Liberté et Justice, a affirmé que l'annonce du gouvernement n'aurait aucun impact sur les activités ou les croyances du groupe, en soulignant que la confrérie avait déjà vécu la répression gouvernementale dans le passé et avait tout de même continué à exister avec une vision modérée de l'islam.

«C'est comme si la décision n'était jamais survenue. Cela n'a aucune valeur pour nous et la décision ne vaut que le papier sur lequel elle est écrite», a dit M. Elsayed à l'Associated Press.

PLUS:pc