NOUVELLES

La Russie va accorder un nouveau prêt au Bélarus (Poutine)

25/12/2013 10:27 EST | Actualisé 24/02/2014 05:12 EST

La Russie va accorder en 2014 un nouveau prêt au Bélarus pouvant aller jusqu'à deux milliards de dollars, a annoncé mercredi le président Vladimir Poutine, quelques jours après l'annonce d'un plan de sauvetage de 15 milliards de dollars pour l'Ukraine.

"Le gouvernement russe a décidé d'aider nos collègues en raison de ce qui se passe sur les marchés mondiaux et d'accorder au Bélarus des fonds supplémentaires en 2014 d'un montant allant jusqu'à deux milliards de dollars", a-t-il déclaré à l'issue d'une rencontre avec son homologue bélarusse Alexandre Loukachenko.

La situation économique et budgétaire du Bélarus, une république très isolée, s'est fortement dégradée ces derniers mois et ses réserves de devises se sont nettement réduites.

La semaine dernière, la Russie a annoncé l'octroi de 15 milliards de dollars à l'Ukraine via l'achat de titres de dette publique issus par cette ex-république soviétique, au bord de la faillite et en récession depuis près d'un an et demi. Moscou a déjà déboursé trois milliards de dollars et doit verser les 12 milliards restants en 2014.

Ce plan de sauvetage doit être réalisé avec de l'argent puisé dans le fonds de prospérité nationale, mis en place par les autorités russes à l'origine pour préparer la Russie à une chute des cours du pétrole, qui représente la moitié de ses rentrées budgétaires.

Le ministre russe des Finances, Anton Silouanov, a précisé mercredi que l'argent accordé à Minsk le serait sous forme d'un crédit sur dix ans, et que le fonds de prospérité nationale ne serait pas mis à contribution.

"Ces fonds ne viendront pas tous du budget, nous verrons nous avons différentes sources", a-t-il aussi dit.

Le ministre de l'Economie, Alexeï Oulioukaïev, a pour sa part déclaré que le crédit serait plutôt de 1,5 milliards de dollars.

"Je vous assure que l'aide que vous accordez aujourd'hui au Bélarus, qui va servir notamment à soutenir le taux de change, ne sera pas dépensé en pure perte", a assuré le président bélarusse, soulignant que le Bélarus importait beaucoup de matières premières et de composants de Russie.

Mardi, M. Poutine, qui cherche à restaurer l'influence de la Russie parmi ses ex-alliés soviétiques, a vanté les mérites de l'Union économique eurasiatique, qui doit être lancée le 1er janvier 2015 par la Russie, le Bélarus et le Kazakhstan, et dans laquelle il aimerait aussi voir entrer l'Ukraine.

edy/fw

PLUS:hp