NOUVELLES

Scandale financier: la démission du gouverneur de Tokyo acceptée

24/12/2013 02:05 EST | Actualisé 22/02/2014 05:12 EST

La démission du gouverneur de Tokyo Naoki Inose, impliqué dans un scandale financier, a été acceptée mardi par le conseil municipal, alors que cette affaire risquait de nuire à la prépration des JO 2020 dans la capitale nippone.

M. Inose avait remis sa démission la semaine dernière, mettant fin au plus court mandat jamais enregistré d'un élu à la tête de la métropole japonaise.

M. Inose, 67 ans, ne sera resté que 372 jours gouverneur de Tokyo, après avoir été pourtant le mieux élu des dirigeants de la capitale.

Il a décidé de jeter l'éponge le 19 décembre dernier à cause d'un scandale de prêt financier de 50 millions de yens (370.000 euros), reçu alors qu'il était en pleine campagne électorale pour gouverner l'une des plus grandes métropoles du monde.

Depuis l'éclatement du scandale en novembre, en dépit des appels à démissionner, Naoki Inose tentait d'exciper de sa bonne foi en affirmant qu'il s'agissait d'un prêt personnel et non destiné à sa campagne. Il n'avait pas mentionné dans ses compte de campagne cette somme qu'il dit avoir intégralement remboursée.

Ce prêt lui avait en outre été accordé par une organisation hospitalière, Tokushukai, touchée par une affaire de financement illégal.

M. Inose, qui avait été élu haut la main pour succéder au flamboyant Shintaro Ishihara, s'est fait connaître à l'étranger via la campagne victorieuse de promotion de Tokyo pour les jeux Olympiques de 2020.

Finalement, sous la pression et certains craignant que cette affaire n'entache la réputation de "Tokyo ville olympique", M. Inose a fini par lâcher, disant lui-même qu'il ne voulait pas constituer un problème dans la préparation de ces JO 2020.

Un élection devrait être organisée début février, très certainement le 9 d'après les médias japonais.

kap/pn/ml

PLUS:hp