NOUVELLES

Les Pussy Riot veulent défendre les droits de la personne après leur libération

24/12/2013 01:25 EST | Actualisé 23/02/2014 05:12 EST

KRASNOÏARSK, Russie - Deux membres du groupe punk russe Pussy Riot ont été réunies, mardi, après avoir passé près de deux ans en prison pour leur coup d'éclat dans la principale cathédrale moscovite, et affirment vouloir mettre sur pied une organisation de défense des droits de la personne.

Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina ont reçu l'amnistie présidentielle, lundi, deux mois avant le moment prévu de leur libération, dans ce qui est vu comme une tentative du Kremlin d'apaiser les critiques envers le bilan russe en matière de droits de l'homme en prévision des Jeux de Sotchi, en février.

Mme Alekhina a pris l'avion, mardi matin, en direction de la ville de Krasnoïarsk, dans l'est de la Sibérie, pour rencontrer son ancienne collègue. Les deux femmes ont dit que leur pardon et leur libération était un coup de publicité du Kremlin en prévision des Olympiques. Mme Tolokonnikova a aussi appelé au boycottage des Jeux.

Mme Alekhina, toujours vêtue d'un manteau vert fourni par les autorités carcérales, a pris son amie dans ses bras et les deux femmes se sont ensuite serré la main.

Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina ont réitéré leur déclaration de lundi selon laquelle elles veulent se consacrer à aider des prisonniers. Elles entendent aussi discuter de la fondation d'un organisme de défense des droits de la personne.

La troisième membre du groupe, Ekaterina Samoutsevich, a été libérée en vertu d'une peine suspendue peu de temps après que le trio eut été reconnu coupable de hooliganisme et condamné à deux ans de camp de travail en 2012 pour sa «performance» à Moscou.

Les femmes ont nié les accusations voulant qu'elles aient été motivées par leur haine de la religion, et ont affirmé que leur prestation visait à révéler les liens étroits entre l'Église et l'État.

Le Parlement russe a adopté une loi d'amnistie la semaine dernière, permettant la libération de milliers de détenus, y compris les deux membres de Pussy Riot.

PLUS:pc