NOUVELLES

Les fidèles envahissent Bethléem pour les célébrations de Noël

24/12/2013 08:58 EST | Actualisé 23/02/2014 05:12 EST

BETHLÉEM, Territoire palestinien - Des milliers de pèlerins chrétiens de partout dans le monde se sont rassemblés mardi à la place de la Mangeoire devant la basilique de la Nativité de Bethléem, en Cisjordanie, pour les célébrations de la veille de Noël.

Des leaders religieux ont exprimé devant l'importante foule, la plus imposante depuis des années, leur espoir de voir la prochaine année faire finalement de la Palestine un État indépendant.

«Le message de Noël en est un de paix, d'amour et de fraternité. Nous devons tous être frères», a déclaré le patriarche latin de Jérusalem, Fouad Twal, alors qu'il arrivait à Bethléem.

Parmi les touristes qui se promenaient entre les boutiques de souvenirs, les spectacles de fanfares et un sapin de Noël illuminé géant, il y avait Will Green, de New York, avec sa femme et leur fille de deux ans. Pour lui, vivre Noël à Bethléem était un rêve devenu réalité.

«Toutes les histoires avec lesquelles nous avons grandi sont ici. Elles font partie de notre vie. Nous les avons entendues en famillle, à l'école, à l'église. C'est le lieu de la naissance», a-t-il affirmé.

Des dignitaires palestiniens ont accueilli le patriarche Twal à l'entrée de Bethléem. Son convoi s'est frayé un chemin à travers les rues étroites de la ville, s'arrêtant parfois pour laisser le patriarche serrer des mains. Il lui a fallu près de 90 minutes pour parcourir la courte distance jusqu'à la basilique de la Nativité, où des milliers de personnes étaient massées en prévision de la messe de minuit. Le président palestinien, Mahmoud Abbas, devait assister à la cérémonie.

Le nombre de visiteurs à Bethléem pour Noël demeure beaucoup moins élevé qu'à la fin des années 1990, lorsque les pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens étaient à leur sommet. Il a commencé à décliner à la suite du soulèvement palestinien de 2000.

Grâce au calme relatif des dernières années, les touristes sont toutefois de plus en plus nombreux à affluer vers Bethléem pour Noël, et la récente reprise des négociations devrait faire grimper un peu les chiffres pour 2013.

«Notre message en est un de justice et de paix, a affirmé la ministre palestinienne du Tourisme, Rula Maayah. Nous, Palestiniens, souhaitons la paix, nous méritons la paix et nos enfants méritent de vivre dans la paix.»

Selon elle, le nombre de visiteurs pourrait avoir bondi de 14 pour cent par rapport à l'an dernier.

Mais malgré la joie apparente, la menace du conflit israélo-palestinien grondait en arrière-plan. Pour entrer à Bethléem, le convoi de Fouad Twal a dû traverser l'imposant mur de sécurité érigé par Israël. Le gouvernement israélien soutient que le mur est nécessaire pour empêcher les attaquants d'entrer à Jérusalem, mais les Palestiniens estiment qu'il empiète sur leurs terres.

L'armée israélienne a par ailleurs mené, mardi, une frappe aérienne sur la bande de Gaza, la plus dure depuis plus d'un an, pour se venger de la mort d'un civil israélien, tué alors qu'il travaillait près de la frontière. L'attaque a causé la mort d'une fillette de trois ans.

PLUS:pc